************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************ ÉCLECTIQUE - UNE COLLECTION DU XXIEME SIECLE AU MUSEE DU QUAI BRANLY DU 23/11/2016 AU 02/04/2017

lundi 27 juin 2016

La Prospérité: « 30 juin : discours déterminant de Joseph Kabila »

Radio Okapi 
27/06/2016 

Revue de presse du lundi 27 juin 2016

Le président Joseph Kabila lançant l’ouverture du 
deuxième Forum mondial des femmes francophones 
le 3/3/2014 à Kinshasa. 
Radio Okapi/Ph. John Bompengo  

Les journaux de Kinshasa analysent les attentes de la population sur le discours du 30 juin 2016 de Joseph Kabila. Ils rendent aussi compte du communiqué des présidents des groupes parlementaires pour répondre aux informations faisant etat de leur refus de voir le budget du Parlement subir une coupe de 30 % en application de la loi de finances rectificative. 

La Prospérité renseigne que le discours que Joseph Kabila va prononcer, le jeudi 30 juin 2016, est très attendu pour plusieurs raisons. 
Le quinquennat, débuté en 2011, rappelle le journal, tire à sa fin. 
Formellement, commente le quotidien, cela devrait être, sauf arrangement politique particulier, le dernier de la série. 
Pout le tabloïd, le processus électoral étant bloqué, des orientations du Président de la République sont nécessaires pour remettre le cycle électoral dans le sens de la marche dans la bonne direction. Ses adversaires espèrent qu’il sera explicite sur son avenir politique à la tête de l’Etat, conclut La Prospérité.

Dans un autre registre, Forum des As titre : « A la suite des allégations sur leur prétendu refus de voir leur budget être amputé, les députés en colère »
Tout en souscrivant à la réduction du train de vie de l’Etat, précise le quotidien, les présidents des groupes parlementaires dénoncent le projet de ponction supplémentaire sur leurs allocations alors que certaines instances gouvernementales enregistrent des dépassements budgétaires allant jusqu’à 800%. A la base de l’ire des députés , « des "informations" faisant état d’un prétendu refus des élus de voir leur budget être amputé conformément à la cure d’amaigrissement des institutions de l’Etat consécutif qu’impose la loi des finances rectificative en attente de promulgation », précise le tabloïd. 
Les différents chefs de file au sein de l’Hémicycle font observer que d’un point de vue purement légal, le budget rectificatif n’est pas encore de saison parce que non encore promulgué par le chef de l’Etat, bien que déjà voté par les deux chambres du Parlement, rapporte le journal. 
En plus, poursuit Forum des As, le rôle de l’Assemblée nationale est de voter la loi des finances et non de l’exécuter. 

Pour La Prospérité, ces députés s’adressent à certains membres du Gouvernement qui distillent des informations tronquées dans la presse, concernant la restriction budgétaire. 
Selon le quotidien, « ces élus demandent à être payés conformément au Budget 2016, tel que promulgué, fin décembre 2015, par le Chef de l’Etat ». 
Cela ne signifie en rien qu’ils veulent se soustraire aux mesures visant la réduction du train de vie de l’Etat, précise le tabloïd. Les présidents des groupes parlementaires indiquent dans leur communiqué qu’ils ne comprennent pas qu’un membre du Gouvernement s’arroge le pouvoir d’opérer des coupes budgétaires en violation de la loi de finances en vigueur. 
« Désormais, aucune dépense extrabudgétaire ne devrait avoir place en RDC », indique le journal qui reprend le communiqué. 

Pour L’Avenir, les Présidents de tous les groupes parlementaires de l’Assemblée nationale ont voulu dénoncer la diffusion, par certains journaux kinois, d’une contrevérité destinée à écorner gratuitement l’image de la chambre basse auprès des Congolais. 
Avec ou sans la complicité de certains hommes politiques, «nos confrères ont péché par ignorance des principes élémentaires de droit et du fonctionnement de nos institutions », conclut le quotidien. 

Le même journal évoque aussi, dans sa livraison de lundi 27 juin, le changement à la tête de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO). Mgr Marcel Utembi, Archevêque de Kisangani vient d’être élu président de la CENCO, renseigne le journal. 
Il remplace à ce poste Mgr Nicolas Djomo, Evêque de Tshumbe. 
Il sera secondé par S.E. Mgr Fridolin Ambongo, évêque de Bokungu-Ikela et Administrateur apostolique de Mbandaka-Bikoro, rapporte le tabloïd.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire