************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************ ÉCLECTIQUE - UNE COLLECTION DU XXIEME SIECLE AU MUSEE DU QUAI BRANLY DU 23/11/2016 AU 02/04/2017

mardi 30 août 2016

Tshuapa : une mineure de 16 ans violée par 3 personnes à Mopono

Radio Okapi 
29/08/2016

Une femme victime de viol. 

Une fille de seize ans a été violée vendredi 19 août par trois personnes dans la localité de Mopono, située à 150 kilomètres de Boende, dans la province de la Tshuapa. Après l’avoir violée, les agresseurs ont-par la suite-grièvement blessé la victime à la machette. 

Selon des sources concordantes et la Nouvelle société civile de la Tshuapa, trois jeunes gens ont fait irruption au domicile d'un commerçant originaire de Bumba. 

Ils en voulaient à cet opérateur économique parce qu'il ferait de bonnes affaires dans le milieu, au détriment des originaires. 

N'ayant pas trouvé l'intéressé dans la parcelle, ils s'en sont pris à la fille venue de Bumba passer ses vacances chez son oncle paternel à Mopono.

Armés de fusils et d'armes blanches, indiquent des sources concordantes et policières, ces hommes ont violé la fille et l'ont grièvement blessée à la machette. 

Les trois auteurs de cet acte recherchés par la police ont fui et ne sont plus visibles. Seul le présumé commanditaire, un commerçant influent qu’on dit appartenir à la famille d'un sénateur élu de la Tshuapa, est aux arrêts. 

La Nouvelle société civile locale affirme être intervenue pour obtenir le transfert au parquet de grande instance de Boende. Mais le père de la victime craint que ce dossier n'évolue pas, étant donné que le commanditaire présumé de cet acte serait un commerçant très influent de Mopono. 

Le père de la victime dit ne pas être en mesure de poursuivre l'affaire. Il lance un appel aux organisations de protection de l'enfant pour le soutenir. ​

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire