************ LE DOCTEUR DENIS MUKWEGE EST LE LAUREAT DU PRIX SAKHAROV.CE PRIX LUI SERA OFFICIELLEMENT REMIS LE 26 NOVEMBRE 2014 A STRASBOURG ************ A VOIR EXPO 'NOTRE CONGO' AU MUSEE BELVUE MUSEUM > 30.11.14 ************ MARTINE ET HENRI RECHERCHENT LEUR AMIE ROSEMARIE - LIRE LES DETAILS SUR LA PAGE "AVIS DE RECHERCHESé DE CE BLOG ************ LORSQUE VOUS METTEZ UN COMMENTAIRE A LA SUITE D'UN MESSAGE, SURTOUT SI CELUI-CI DEMANDE UNE REPONSE, N'OUBLIEZ PAS, SOIT DE METTRE VOTRE ADRESSE E-MAIL POUR QUE JE PUISSE VOUS REPONDRE, SOIT D'ALLER REVOIR LE MESSAGE POUR Y LIRE MA REPONSE. MERCI. ************ AVIS DE RECHERCHES POUR UN TRAVAIL DE MEMOIRES : SI VOUS AVEZ VECU A GEMENA /ET/OU DANS LE NORD UBANGI DE 1955 à 1961; A LILENGA, DANS LE TERRITOIRE DE BOENDE, TSHUAPA, EN 1964, MERCI DE PRENDRE CONTACT AVEC LE CREATEUR DE CE BLOG ************ SI VOUS AVEZ DES CONNAISSANCES OU DES AMIS QUI ONT VECUS AU CONGO BELGE, AU RUANDA URUNDI, AU ZAÏRE, EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, MERCI DE LEUR FAIRE CONNAÎTRE CE BLOG CAR NOUS AVONS ENCORE DE NOMBREUX AMIS A RETROUVER. VOICI L'ADRESSE URL DU BLOG : http://provincedelequateur.blogspot.com ************RECHERCHE EGALEMENT DES PERSONNES (OCCIDENTAUX OU CONGOLAIS) AYANT VECUS LES EVENEMENTS DE BOENDE JUILLET 1960 ************

mercredi 19 décembre 2012

Voyage au bout de l'enfer : lynchage et scène de cannibalisme à Goma

France
24 13/12/2012

Des habitants regardent la scène, le 3 décembre au petit matin. 
Vidéo envoyée par Saidi Abasi Madjid, rédacteur en chef 
de Hope Channel. 

Dans la nuit du 2 au 3 décembre, une scène d’une rare barbarie a eu lieu à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, que la guerre a plongé dans une insécurité alarmante.



Cinq personnes ont été lynchées en pleine nuit dans le quartier de Majengo, au nord de Goma, après un règlement de compte. Notre Observateur, qui travaille pour une radio locale, s’est rendu au petit matin sur place, où il a pu constater la présence de corps calcinés. FRANCE 24 a par ailleurs pu visionner des images, atroces, de la scène. On y voit d’abord des personnes s’attrouper autour de cadavres brûlés et déchiquetés. Puis une jeune fille prendre un morceau du corps calciné et le mâcher. 

Le Nord-Kivu, et plus généralement l’est de la RDC frontalier avec le Rwanda et l'Ouganda, est une zone riche en ressources minières en proie à d’incessantes guerres entre groupes armés. Du 20 novembre au 1er décembre, les rebelles du M23 ont occupé Goma, chef lieu de la province, après avoir mis en déroute l’armée congolaise. Au terme d’une médiation internationale, les rebelles se sont retirés à quelques kilomètres de la ville alors que commençaient à Kampala des négociations entre leurs chefs et le gouvernement congolais. La scène de lynchage décrite ici s’est déroulée le lendemain. 

"Il suffit d’un simple soupçon pour que les choses dérapent" 
Charly Kasereka est journaliste pour une radio locale. Il vit à Goma. 
Les hommes ont été lynchés parce qu’ils étaient accusés par un groupe de motards d’avoir tué l’un des leurs. J’ai récupéré d’un ami qui habite là des images tournées dans la soirée [du 2 décembre] où l’on voit le cortège de motards qui défile avec un corbillard. C’est de là que tout est parti. 


Vidéo du cortège de motards récupérée par Charly Kasereka.

Mon ami m’a expliqué que les motards avaient passé plusieurs heures à chercher les coupables après le meurtre. Des suspects ont été localisés au milieu de la nuit. Là, les choses ont commencé à dégénérer. Des voitures ont été incendiées par les habitants, puis les cinq hommes accusés de meurtre ont été lynchés. Je suis arrivé sur les lieux à 6h10. D’après les témoignages que j’ai recueillis, les corps ont été brûlés vers 5h du matin.

Des habitants regardent la scène, le 3 décembre au petit matin. Vidéo : Hope Channel. 

Autour des corps, il y avait encore des gens qui se baladaient avec des bouteilles d’alcool à la main. [Un autre témoin rapporte que certaines personnes se trouvant sur les lieux étaient droguées.] En arrivant, une jeune fille nous a dit : "Vous voulez que je vous montre ce qu’on va faire aux bandits qui viennent ici ?". Un autre fille a insisté "Oui vas-y, montre-leur !" et sous l’influence de tout le groupe, la première a mordu dans un morceau de chair humaine calcinée [On voit cette scène dans la vidéo récupérée par FRANCE 24.] 

On avait déjà entendu, sur la route, que des gens avaient fait ce genre de chose. Sur place, les gens ne parlaient que de ça, du fait que des habitants en furie avaient mangé des morceaux de cadavres pendant la nuit [il n’existe pas d’images pour étayer ces témoignages, mais celles récupérées par FRANCE 24 montrent que les cadavres ont été dépecés]. Et ce n’est pas la première fois que ça arrive après un lynchage. 

"Les habitants nous ont expliqué qu’ils ne croyaient pas en la justice" 
Les gens sont dans un véritable état de panique à Goma, notamment depuis que plus d’un millier de prisonniers s’est évadé de la prison centrale de Munzenze pendant la prise de la ville par les rebelles du M23.

La prison de Munzenze. Photo : Charly Kasereka.

Les habitants nous ont expliqué qu’ils ne croyaient pas en la justice. Ils considèrent que s’ils ne s’occupent pas eux-mêmes des présumés bandits, rien ne les arrêtera. Le nombre d’actes de banditisme, notamment les attaques de domiciles, a beaucoup augmenté. Les habitants ne voient plus d’autre solution que cette justice populaire. En moins de deux semaines, j’ai répertorié neuf cas de voleurs lynchés à mort. Et il suffit d’un simple soupçon pour que les choses dérapent. [D’après la journaliste Maria Malagardis du journal "Libération", qui s’est rendue à Goma, le chef traditionnel du quartier Majengo a affirmé que parmi les victimes du lynchage du 2 décembre se trouvait un "innocent qui se trouvait au mauvais endroit, au mauvais moment ".] 

Les images de la scène ont été diffusées sans floutage sur les deux chaînes locales de Goma, NishapiTV et Hope Channel. Les gens ont été très choqués qu’on puisse laisser passer de telles choses sans prendre de précautions et prévenir le public. 

Ces derniers jours, le gouverneur s’est exprimé plusieurs fois à la radio pour calmer les esprits. Il a voulu rappeler aux habitants qu’ils ne pouvaient pas se faire justice eux-mêmes. Mais les gens ne l’écouteront pas.
Saidi Abasi Madjid
CHARLY KASEREKA



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire