************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

dimanche 7 décembre 2014

RDC: menaces très sérieuses contre un journaliste de radio Okapi

RFI 
06/12/2014

Un journaliste de radio Okapi a reçu des menaces du gouverneur de 
la province Orientale en RDC. 

Le journaliste de radio Okapi Jean-Paul Basila, qui travaille à Bunia dans la province orientale, vit désormais caché, à la suite de menaces reçues des autorités locales. Pour l’ONG "Journaliste en danger" qui soutient le journaliste et prend ces menaces très au sérieux, le gouverneur de la région sera tenu responsable s’il arrive quoi que ce soit au journaliste. 

L'ONG congolaise "Journaliste en danger (JED)" a indiqué dans un communiqué que le journaliste de radio Okapi Jean-Paul Basila avait subit ces dernières semaines des pressions du gouverneur de la province orientale, Jean Bamanisa Saïdi. Interrogé par RFI, Tshivis Tshivuadi, secrétaire général de JED, estime que ces menaces doivent cesser immédiatement.
« Il y a exactement une semaine que le journaliste nous a saisis officiellement par un courrier où il a détaillé toutes les menaces qu’il a reçues de la part du gouverneur lui-même qui l’a appelé une fois au téléphone pendant plusieurs minutes et qui lui a parlé durement », explique Tshivis Tshivuadi. 
« A la suite de cet appel, le journaliste a aussi reçu plusieurs menaces similaires de la part de proches du gouverneur. L’un de ces hommes lui a promis notamment de lui faire subir le sort des autres journalistes de radio Okapi - et je voudrais rappeler que c’est dans cette partie du pays, à l’est, que deux journalistes de radio Okapi ont été brutalement assassinés en 2007 et en 2008 », poursuit le secrétaire général de JED. 
« Donc nous avons pris ces menaces très au sérieux. Le journaliste vit dans la clandestinité. Voilà pourquoi nous avons écrit une lettre au gouverneur pour lui demander de faire cesser ses menaces. Nous le tiendrons, lui, le gouverneur, pour responsable de tout ce qui pourrait arriver de fâcheux à ce journaliste », conclut-il.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire