MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

dimanche 22 mars 2015

Dossier Foccart : « La Fabrique des barbouzes » (4/5)

Le Monde Afrique 
19/03/2015 
Par Joan Tilouine

Jacques Foccart, secrétaire général de l'Elysée 
aux affaires africaines et malgaches de 1960 à 1974. Crédits AFP

Quatrième « dossier Foccart » de la série du « Monde Afrique » qui publie en exclusivité les bonnes feuilles du livre de Jean-Pierre Bat "La Fabrique des barbouzes", histoire des réseaux Foccart en Afrique (Nouveau Monde Editions, paru le 19 mars). 

En amont du colloque Foccart qui réunit les 26 et 27 mars à Paris, seront publiés, durant toute la semaine, des articles autour de Jacques Foccart et de la question des archives, donc de la mémoire en Afrique francophone. 

Moïse Tshombé le 26 juillet 1960. Crédits AFP

Au Katanga de Moïse Tshombé qui a « fait sécession du chaos », la France réorganise ses réseaux et renforce son soutien à ce président proclamé de la région. Cette région stratégique et riche en minerais est convoité par la France et ce sont là encore les « barbouzes » qui sont à la manoeuvre pour le compte de Jacques Foccart. 


A Brazzaville, l’abbé-président Fulbert Youlou n’en a plus pour très longtemps. En ce 15 août 1963, des centaines de manifestants convergent vers le palais présidentiel. Exaspérés par les dérives dictatoriales de ce président à la merci de Paris, les manifestants exigent son départ. La chute est pour bientôt. Mais Youlou ne veut pas quitter son palais présidentiel. A ses côtés, l’homme de Jacques Foccart, Jean Mauricheau-Beaupré, sollicite un entretien téléphonique avec le général de Gaulle, alors à Colombey-les-Deux-Eglises. Dans l’urgence et dans l’angoisse, l’abbé Youlou s’entretient avec le chef de l’Etat français, quelques heures avant sa chute. La conversation est enregistrée par le poste d’écoute du Sdece à Brazzaville. La voici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire