************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

samedi 21 mars 2015

Pas de prix Mo Ibrahim pour le "raïs" !

Congo Indépendant 
19/03/2015

Le "raïs président" alias "Papa roméo"

Pour la première fois depuis sa création, le Prix Mo Ibrahim créé pour récompenser la bonne gouvernance et le leadership en Afrique est attribué à un chef d’Etat en exercice. Devinez Qui? Hifikepunye Pohamba. Il s’agit du chef de l’Etat namibien. Le successeur de Sam Nujoma. Elu en 2004, Pohamba a été réélu en 2009. Il se prépare à passer la main à son successeur. 

Pendant que le "président taiseux" (dixit Lambert, leTshaku national), alias le "raïs" de la République très très démocratique du Congo et les "super faucons" de son clan mafieux multiplient des roublardises pour conserver l’imperium, à Windhoek, en Namibie, un digne fils du continent noir est en voie d’achever son second et dernier mandat et se prépare à passer la main à son successeur. Sans provoquer de psychodrame. 

C’est un événement rare dans l’hémisphère sud où les califes au pouvoir rêvent d’un califat à vie. Comment ne pas récompenser cette "exception" africaine au moment où, ailleurs, tous ceux qui osent s’opposer à la révision de la Charte fondamentale pour permettre au calife de rester calife sont jetés au bloc. Qu’est ce que Mo Ibrahim a trouvé de spécial chez le Namibien Hifikepunye Pohamba? 

Selon mon ami qui sait tout sur tout et presque tout sur rien sur les potins de Kinshasa-Lez-Immondices, il semble que Pohamba a dirigé son pays durant une décennie sans jeter un seul de ses contradicteurs en prison. Président de la Swapo (South west african people’s organisation), le parti dominant au pouvoir, Hifikepunye s’est comporté non pas en chef d’un "clan" mais en Président de tous les Namibiens. Le serviteur d’une nation. 

A en croire mon ami, les épithètes ci-après sont accolées à la personnalité du président sortant de l’ex-Sud Ouest Africain: consensuel, modeste, accessible, tolérant, modéré. L’ami d’ajouter : "Pohamba a amélioré le bien-être de la population tout en moralisant la vie publique par une lutte acharnée contre la corruption". Il laisse un excellent bilan au plan économique et social. 

Mon ami qui sait décidément tout sur rien de me rappeler que Pohamba et le "raïs" se sont côtoyés durant une décennie dans le cadre du Marché commun des pays de l’Afrique centrale (SADC). "En août 2010, dit-il, le raïs avait passé la présidence de la SADC à Pohamba dont le pays accueillait le trentième sommet". 

Avec ma candeur habituelle, j’ai posé la question suivante à l’ami : "On m’a toujours dit que ceux qui s’assemblent se ressemblent. Comment expliques tu qu’aucune des qualités attribuées à Hifikepunye n’ait pu éclore chez le raïs?" Mauvaise langue, mon ami de me répondre par un proverbe ouest africain : "Quel que soit le nombre d’années qu’il passe dans l’eau, un tronc d’arbre ne devient jamais un caïman". 

Pour mon ami, il n’y a pas de Prix Mo Ibrahim pour le "raïs". La raison? "Le raïs préfère heurter l’opinion au lieu d’être à son écoute pour la suivre". Et de conclure : "Tout dirigeant qui heurte l’opinion finit par tomber. Tôt ou tard!". Issa Djema

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire