COULEUR CAFE A BRUXELLES (TOUR ET TAXIS) DU 03 AU 05 JUILLET 2015************* MUSEE BELLE-VUE BRUXELLES, EXPOSITION DE MASQUES GEANTS AFRICAINS DU 13 MAI AU 8 NOVEMBRE - ENTREE GRATUITE************ MARTINE ET HENRI RECHERCHENT LEUR AMIE ROSEMARIE - LIRE LES DETAILS SUR LA PAGE "AVIS DE RECHERCHES" DE CE BLOG ************ LORSQUE VOUS METTEZ UN COMMENTAIRE A LA SUITE D'UN MESSAGE, SURTOUT SI CELUI-CI DEMANDE UNE REPONSE, N'OUBLIEZ PAS, SOIT DE METTRE VOTRE ADRESSE E-MAIL POUR QUE JE PUISSE VOUS REPONDRE, SOIT D'ALLER REVOIR LE MESSAGE POUR Y LIRE MA REPONSE. MERCI. ************ SI VOUS AVEZ DES CONNAISSANCES OU DES AMIS QUI ONT VECUS AU CONGO BELGE, AU RUANDA URUNDI, AU ZAÏRE, EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, MERCI DE LEUR FAIRE CONNAÎTRE CE BLOG CAR NOUS AVONS ENCORE DE NOMBREUX AMIS A RETROUVER. VOICI L'ADRESSE URL DU BLOG : http://provincedelequateur.blogspot.com ************RECHERCHE EGALEMENT DES PERSONNES (OCCIDENTAUX OU CONGOLAIS) AYANT VECUS LES EVENEMENTS DE BOENDE JUILLET 1960 ************

samedi 4 juillet 2015

RDC: session extraordinaire du Parlement en vue des élections

RFI 
04/07/2015

Le Parlement se réunit en session extraordinaire, 
à compter de ce samedi 4 juillet, afin de fixer 
les conditions d'organisations des élections locales prévues en octobre. 
AFP PHOTO/ ISSOUF SANOGO 

En République démocratique du Congo (RDC), le Parlement se réunira en session extraordinaire, à partir de ce samedi 4 juillet et pour une durée maximum d'un mois. Les députés et sénateurs vont, entre autres, examiner un projet de loi crucial pour pouvoir organiser les élections locales, contestées, en octobre prochain. Ils devront débattre essentiellement de trois projets de loi portant sur la répartition des sièges pour les élections locales, le statut des chefs coutumiers et l'organisation du fonctionnement des services publics, dans le cadre de l'installation des nouvelles provinces. Face à ceux qui demandent de commencer par les principales élections, c'est-à-dire la présidentielle et les législatives, le gouvernement a répondu « non », ce vendredi. La programmation de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) sera respectée.

Lire la suite sur RFI

RDC: la CPI reporte le procès de l’ex-chef de guerre Ntaganda

RFI
04/07/2015


Bosco Ntaganda lorsqu'il était
chef d'état-major général adjoint des FPLC.
Reuters
 
Le procès de l'ancien chef d'état-major général adjoint des FPLC en RDC devait s'ouvrir mardi 7 juillet à La Haye. La défense a demandé l'ajournement de la procédure au nom d'un procès équitable. La cour a accordé un report de quelques semaines pour un procès qui doit durer plusieurs mois. Bosco Ntaganda, 41 ans, surnommé « Terminator », car réputé sans pitié, est accusé d'avoir joué un rôle central dans les crimes ethniques commis en Ituri en 2002 et 2003. Il doit répondre de 18 chefs de crimes contre l'humanité et crimes de guerre commis par les Forces patriotiques pour la libération du Congo.

Lire la suite sur RFI

Encore quelques photos d'anciennes familles de Coq !

04/07/2015

Toujours de la part de Michel de Warzé, voici encore quelques photos d'anciennes familles de Wendji.


Tout d'abord, la famille Cardwell, famille américaine (?) de la Mission Protestante de Wendji-Coquilhatville.

Quelqu'un se souvient-il de cette famille, des prénoms des parents et des enfants ? 

La famille Cardwell et la famille Dejongh en promenade à Wendji

Un conflit sur les ressources naturelles dans le territoire de Bongandanga - Province de l'Equateur

Territoire de Bongandanga
Un conflit foncier complexe dans le groupement des Bogbonga, Secteur de Boso Melo, Territoire de Bongandanga, ex District de la Mongala, Province de l’Equateur, autour de la propriété sur les ressources halieutiques des rivières Bikokoto et Momboto, sur la rive gauche du fleuve Congo. 

D’aucuns se souviennent qu’au mois de Mai la presse locale de Mbandaka a fait écho des actes de brutalité, heureusement sans perte en vie humaine, qui se sont produits dans ce coin de la RD CONGO. 
Les faits marquants de ce conflit sont apparus au grand jour vers les années 2012 dans cette contrée plus ou moins enclavée ; 
  • 3 journées de navigation à partir de Mbandaka (Chef-lieu de province), 
  • 3 jours de navigation de Lisala (Chef-lieu de son ex District), 
  • 2 jours de voyage par route de Bongandanga (Chef-lieu du territoire), 
  • un demi jour de route de Boso Melo (Chef-lieu du Secteur), 
  • un demi jour de navigation de Mankanza (Chef-lieu du territoire voisin), 
  • 2 jours de route et de navigation de Basankusu (Chef-lieu du l’ex District voisin).

C’est vraiment dans l’appendice de l’extrême Sud du territoire administratif de Bongandanga. 


La famille de Caluwé

04/07/2015

Et encore une ancienne famille de Coq de retrouvée : la famille de Caluwé. 

Victor de Caluwé a travaillé pour la SECLI de 1936 à 1939 et après guerre de 1946 à 1949 et la famille habitait donc à Wendji. 

L'archiviste de la famille de Caluwé est Michel, le plus jeune enfant de la fratrie. 

Michel est né à Lodja en 1955. 


vendredi 3 juillet 2015

John Numbi et Joseph Kabila : le désamour après la lune de miel ?

Desc-Wondo 
03/07/2015 
Jean-Jacques Wondo Omanyundu


Lubakat de Malemba-Nkulu dans le Haut-Lomami au nord du Katanga, où sévit actuellement la milice Maï-Maï Bakata Katanga, l’ex- « bras armé », l’homme de confiance et des missions délicates[1] du président Joseph Kabila, le général Numbi, malgré sa suspension à la suite de l’Affaire Chebeya-Bazana, reste l’un des militaires les plus puissants du pays. Et l’homme est décrit très ambitieux par les chancelleries occidentales[2]. Mais depuis sa suspension en 2010, les relations de Numbi avec Kabila ne semblent plus être au beau fixe 

Numbi est le parrain de la première génération des éléments de la Garde républicaine 
Le général Numbi a joué un très grand rôle dans la création de la Garde républicaine (GR), chargée de la protection présidentielle, alors GSSP sous Laurent-Désiré Kabila. L’actuel noyau des (jeunes) officiers qui composent le fer de lance de la GR sont tous pour la plupart des anciens du défunt Service National, dirigé à l’époque par le général Denis Kalume Numbi (Kusu du Maniema, ERM). A la demande de LD Kabila, le Général John Numbi est allé en 1999 réquisitionner et recruter 3000 jeunes désœuvrés envoyés au centre de Service National de Kanyama Kasese (Katanga) où ils suivaient notamment « une formation paramilitaire et d’autodéfense » pour suivre une formation commando dispensée par les instructeurs Nord-Coréens à Mura (Katanga) avait exigé que les officiers et sous-officiers devraient être au-moins détenteur d’un diplôme d’état. C’est ainsi que LD Kabila va instruire John Numbi de se rendre au camps du service national de Kanyama Kasese pour y recruter tous les jeunes diplômés et instruits valides[3]. 

La plupart de ces jeunes étaient des Balubakat. C’était aussi un moyen de contrer l’influence des Lunda (du sud Katanga) qui formaient les éléments d’élite de la PIR (Police d’intervention rapide)[4], devenue Légion nationale d’intervention (LENI) après une formation de l’EUSEC. La LENI est actuellement commandée par un autre mulubakat Seguin Ngoi Sengelwa, très loyal à Kabila. C’est ainsi que la plupart des officiers de la GR sont redevables à et reconnaissants à Numbi. Ils n’ont d’égard et de loyauté qu’à Numbi à qui ils doivent leur ascension socioprofessionnelle. 

Lire la suite sur Desc-Wondo

RDC : 33 personnalités demandent la « libération immédiate » de deux militants de Filimbi

Jeune Afrique 
02/07/2015
Tresor Kibangula

Fred Bauma, du mouvement Lucha, est un des deux militants de 
la société civile toujours en détention en RDC. 
© Frederico Scoppa/AFP 

Anciens ministres, députés, chercheurs, écrivains ou encore juristes des quatre coins du monde... Une trentaine de personnalités ont demandé mercredi la libération de Fred Bauma et Yves Makwambala, deux militants congolais détenus à Kinshasa depuis plus de 100 jours. 

Dans une lettre ouverte, publiée le 1er juillet et que Jeune Afrique a pu consulter, 33 personnalités, « citoyens congolais et non Congolais », appellent à la « libération immédiate » de Fred Bauma, membre de l’association Lutte pour le changement (Lucha, basée à Goma) et Yves Makwambala du collectif Filimbi (coup de sifflet, en swahili), arrêtés le 15 mars à Kinshasa lors d’un atelier d’échange d’expérience avec les mouvements burkinabè « Balai citoyen » et sénégalais « Y’en a marre ».

La suite sur Jeune Afrique

Lire aussi :

RDC : vaste mobilisation pour la libération de deux militants citoyens