MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 11 novembre 2014

La Force publique congolaise a sauvé la Belgique et le Rwanda des griffes des Nazis allemands durant la Grande Guerre

http://desc-wondo.org/ 
11/11/2014 
Par Jean-Jacques Wondo Omanyundu

Lors des deux grandes-guerres mondiales du 20ème siècle, le Congo était parmi les rares pays africains qui ont joué un rôle considérable dans la recherche équitable de la paix, de la justice et de la stabilité mondiale. Cela s’est matérialisé par la participation remarquée de la Force publique entre 1914 et 1918 et entre 1940 et 1945. Point n’est besoin de rappeler que le Congo a également participé, de manière stratégique, à la fourniture de l’Uranium du site Shinkolobwe pour la fabrication des bombes nucléaires qui ont précipité la fin de la 2 GM.

L’épopée de la Force publique congolaise dans première guerre mondiale 
Bien que la Force publique, ancêtre des FARDC, n’eut été organisée que pour maintenir l’ordre intérieur, le Gouvernement belge décida de l’envoyer combattre aux côtés des alliés. 
Le 4 août 1914, l’Allemagne attaque la Belgique et, de ce fait, l’état de guerre existe entre les deux pays. Le Congo belge qui a des frontières communes avec les colonies allemandes d’Afrique (Ruanda-Urundi notamment), reçoit l’instruction de rester dans l’attente (une guerre en Afrique ternirait l’autorité des colonisateurs et dégarnirait l’Europe d’un certain nombre de troupes). 
Quand deux semaines plus tard, les Allemands assaillent quelques villages du Congo-belge sur les rives du Lac Tanganyika, la Belgique durcit le ton et Jules Renkin, ministre des Colonies, ordonne à la Force publique de défendre l’intégrité du territoire et d’aller porter renfort aux Alliés au Cameroun (avec la France) et en Rhodésie (avec les Britanniques). Les 17.833 hommes qui remplissent les rangs de la FP ne sont cependant pas formés ni équipés pour se livrer à une confrontation armée classique car étant au service d’une police politique intravertie. 

Dès le 28 août 1914, selon Anicet Mobe, chercheur congolais en sciences sociales, la Force publique – commandée par le lieutenant-colonel Marchant pouvait mobiliser 18.000 hommes de troupes et réquisitionner 200.000 civils comme porteurs. Le dispositif de campagne de la Force publique dans la région du Kivu comprenait notamment 3 brigades : une brigade nord, commandée par Molitor qui concentra ses opérations au nord du lac Kivu. Une brigade sud que commandait le major Olsen et qui se battit entre les lacs Kivu et Tanganyka. Moulaert commandait la brigade navale sur le lac Tanganyka. Assisté d’ Haenen, la major Olsen-futur commandant en chef de la Force Publique- commande des troupes congolaises en Rhodésie du Sud, répondant à l’appel au secours de M. Lyons, Commissaire britannique. Soldat de la FP Adipanga Joseph 

En 1914, des Congolais vivant en Belgique se sont engagés dans le « Corps de Volontaires Congolais » créé par l’arrêté royal du 5 août 1914. Commandé par le colonel Chartin, ce corps regroupa des fonctionnaires de la colonie, des agents des compagnies coloniales en Belgique et d’anciens coloniaux. Le Musée de l’armée de Bruxelles garde précieusement les traces et les souvenirs des Congolais enrôlés dans cette unité : Joseph Adipanga (Voir Photo ci-contre), Pierre Alomon, Jean Blamba, Paul Bayon, Antoine Boïombo, Edouard Bolia, Antoine Bomyo, Pius Bouclou, Honoré Fataky, Jacques Ilunga, Jean Jessy, Albert Kudjabo, Honoré Kulu, Simon Lisasi, Michel Longo, Joseph Lopiko, François Mabilla, Antoine Manglunki, Jacques M’Bondo, Jules Moke, Paul Panda-Fanda, Pierre Soumbou et Antoine Yoka.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire