************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 12 novembre 2014

Le centenaire de la 1ère guerre mondiale célébrée en RDC à un colloque et une exposition sur les exploits des anciens combattants du pays

Digital Congo 
12/11/2014 


Devoir de mémoire oblige, les vaillants anciens combattants fils du Congo ayant brillé dans leur participation aux côtés des Alliés à la première guerre mondiale célèbrent eux aussi le centenaire de cet historique conflit par un colloque et une exposition relatant les souvenir de cette glorieuse page de l’Histoire mondiale 

Le Vice-Premier Ministre, ministre de la Défense nationale et des anciens Combattants Alexandre Luba Ntambo a procédé dans l’après midi de mardi au Palais du Peuple à l’ouverture de l’exposition et du colloque « les Congolais et la première guerre mondiale » 1914-1918 en présence des membres du Bureau du Sénat, de l’Assemblée nationale des membres du Corps diplomatique et des commandants Forces des FARDC, des professeurs d’Universités et d’Instituts supérieurs.

Pour Luba Ntambo, il s’agissait de mettre à la disposition du public la contribution de la Force publique, l’ancêtre direct des Forces armées de la République Démocratique du Congo à l’histoire du monde, ajoutant que cette activité tombe à point nommé en ce moment où le Commandant suprême des FARDC ne ménage aucun effort pour mener à bon port l’ambitieux programme de la réforme de cet outil de Défense. 

En effet, a-t-il précisé, elle permet de faire une introspection et de renouer avec le passé glorieux des FARDC, afin de revisiter les hauts faits d’armes et les prouesses que les troupes congolaises ont réalisé au cours de cette grande guerre notamment à Tabora et à Mahenge en Tanzanie actuelle. Raison pour laquelle le Commandant suprême n’a pas hésité un seul instant d’accorder son haut patronage à cette double manifestation de haute valeur patriotique. Il a félicité les historiens congolais pour leur initiative d’organiser cet important colloque, l’ambassade du royaume de Belgique pour avoir mis à la disposition des organisateurs des matériaux qui permettront au public non seulement de prendre connaissance des récits édifiants de la participation des soldats congolais à la grande guerre, mais aussi de voir les images de leurs multiples batailles. 

Projet de construction d’un haut lieu pour les hauts faits d’armes 
Le Vice-Premier Ministre, ministre de la Défense nationale et des anciens combattants a fait part du projet de construction d’un haut lieu pour les hauts faits d’armes des militaires congolais méritants avant de révéler que des décorations leur seront décernées. Luba Ntambo a ensuite déploré le peu d’intérêt que manifestent les Congolais pour leur histoire en les invitant à réserver une attention particulière au passé colonial. A cette occasion Luba Ntambo a annoncé l’introduction des cours de ce genre dans les académies et grandes Ecoles militaires de la RDC. 

29.000 soldats congolais morts durant la campagne d’Afrique 
Pour sa part, l’ambassadeur du Royaume de Belgique à Kinshasa, Michel Lastschenko, a révélé que 29.000 soldats congolais ont sacrifié leur vie durant la glorieuse campagne africaine pendant que 40.000 belges tombaient sur le champ d’honneur en Belgique. 

C’est au début de 1916 que la Force publique commence la conquête de Tabora à l’ancienne enclave de Tanganyika après avoir subi une formation militaire alors que ses missions initiales ne consistaient qu’aux activités de police. 

La défaite des troupes allemandes au Rwanda en mai 1916 et en Urundi en juin de la même année sont consécutives à la formation militaire que subit la Force publique. 

Les deux colonnes formées à cette fin reprirent le Lac Victoria le 30 juillet tandis qu’une autre s’était emparée de la ville portuaire de Kigoma. 

Et c’est en septembre 1916 que la Force publique occupa Usoke, Et à Lulanguru, les autorités civiles se sont rendues tout simplement aux troupes congolaises victorieuses. 

Pour le Pr Isidore Ndayiwel, président de la société des historiens congolais, l’exposition s’étendra du 11 au 16 novembre alors que le colloque se tiendra du 18 au 24 novembre prochain. Il a emboité le pas en décortiquant de manière exhaustive l’histoire des campagnes réalisées victorieusement par les éléments de la Force publique. Il en a été de même du professeur Mbokolo.

Hommage à Kinshasa aux combattants congolais tombés aux fronts des deux guerres mondiales 
Le secrétaire général aux Anciens combattants, le général de brigade Micheline Tsasa, a rendu un hommage aux combattants décédés durant les deux guerres mondiales, à l’occasion de la célébration mardi, à Kinshasa, du centenaire de la guerre mondiale, à la Maison des anciennes combattants dans la commune de Kasa-Vubu, à Kinshasa, en présence de plusieurs autorités du pays et de l’ambassadeur de Belgique en RDC, Michel Lastschenko. 

Le général Tsasa a indiqué que l’histoire mérite d’être rappelée pour les générations futures, pour le bon exemple de discipline, de patriotisme et de bravoure dont les soldats de la Force publique (armée du Congo-belge) ont fait preuve en s’étant donnés le meilleur d’eux- mêmes afin que le monde retrouve la paix. Pour les hauts faits d’arme dont ils ont été auteurs, a-t-elle dit, leur mémoire mérite d’être honorée. 

Les campagnes du Cameroun, du Tanganyika et de l’Est d’Afrique ainsi que celle d’Abisini et du Moyen-Orient sont là des lieux où la Force publique a remporté des victoires éclatantes, a-t-elle indiqué. Le président de l’Union nationale des anciens combattants du Congo (UNACO-RDC), Albert Kunyuku Ngoma a retracé, de son côté, les exploits d’armes réalisées par la Force publique durant ces guerres, soulignant que neuf mille soldats étaient tombés au champ de bataille sur les vingt-cinq mille corps expéditionnaires. 

Actuellement, quatre anciens combattants seulement de la 2ème guerre mondiale sont vivants dont deux gravement malades, un devenu aveugle et le quatrième, encore débout sur ses deux jambes, a relevé le président de l’UNACO-RDC. 

Il a, à cette occasion, lancé un appel d’aide en faveur de ces quartes anciennes combattantes de 1940-1945, pour une prise en charge médicale. 

Le 11 novembre 1918 est la date de la signature de l’armistice la Rethondes, en France, marquant la fin de la 1ère guerre mondiale, rappelle-t-on. ACP

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire