************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 23 décembre 2014

Koyagialo élevé à la dignité des héros nationaux Kabila-Lumumba par Joseph Kabila : Sébastien Impeto inconsolable !

Digital Congo 
23/12/2014

Impeto a exprimé la vive consternation ressentie par les Equatoriens à l’annonce du décès de Koyagialo, initiateur de la célèbre phrase : « J’ai une idée pour ma province ». 

Eu égard aux loyaux services rendus à la nation congolaise, par l’Ordonnance n°14/081 du 22 décembre 2014, le Président de la République Joseph Kabila Kabange décerne la plus haute distinction des héros nationaux Kabila-Lumumba, à l’ancien gouverneur de l’Equateur, Louis Alphonse Koyagialo, à titre posthume.Cette haute distinction est décerné à des personnalités de la République ayant marqué leurs parcours dans la gestion positivement remarquable des institutions de la République.
 

A cette occasion le Chef de l’Etat a déposé au Palais du peuple une couronne de fleurs devant la dépouille mortelle de l’ancien gouverneur de l’Équateur, décédé le dimanche 14 décembre 2014 en Afrique du Sud où il était en soins médicaux. 

Les présidents du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, et de l’Assemblée nationale Aubin Minaku, le Premier ministre, Augustin Matata Ponyo, ainsi que diverses personnalités politiques ont assisté aux funérailles officielles de ce cadre de la territoriale et membre du bureau politique de la Majorité présidentielle.


Des témoignages éloquents sur la vie de l’illustre disparu ont été faits par les différents intervenants notamment, le gouverneur de la ville-province de Kinshasa, André Kimbuta Yango, le gouverneur a.i. de l’Équateur, Sébastien Impeto, le député Konde Vila Kikanda, Mwando Simba premier vice-président de l’Assemblée nationale. 

Très consterné, Sébastien Impeto, le gouverneur ai de l’Equateur, qui selon de nombreux témoignages des Equatoriens, ne marche que sur les traces de Koyagialo, ne cesse de laisser entendre qu’il n’a surtout pas perdu son chef direct mais plutôt un grand frère qu’il aimait tant. 

Il a exprimé la vive consternation ressentie par les Equatoriens à l’annonce du décès de Koyagialo, initiateur de la célèbre phrase : « J’ai une idée pour ma province ». 

Sébastien Impeto avait un grand espoir avec l’avènement de Koyagialo à la tête de cette province, mais hélas, la mort est venue emportée ce territorial issu de l’école de Mwando Nsimba, autrefois sauveur du Shaba devenu Katanga, parfait modèle de gestion et d’engagement de toujours servir. 

Mais Impeto qui ne désespère pas non plus est appelé à poursuivre les idées initiées avec Koyagialo. 

Dans son oraison funèbre, le Pr Évariste Boshab, vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, a rendu hommage à l’illustre disparu pour les services appréciables qu’il a rendus à la nation avant de souligner que dans l’affaire du « massacre des étudiants à Lubumbashi » en mai 1990, la justice a conclu qu’il n’était pas coupable. Et pourtant, à sa sortie de la prison de Makala, personne à l’étranger ni au pays n’avait reconnu son innocence.
 

La vérité de votre vie, a-t-il dit, c’est la victoire de la paix, le maillon de la chair au service de la paix et de réconciliation. Le vice-Premier ministre a mis en exergue l’effort consenti par le Président de la République Joseph Kabila pour écarter le défunt de sa souffrance en assurant son transfert en Afrique du Sud pour recevoir des soins appropriés.
 

Il a rappelé aux participants qu’être fidèle envers les morts, c’est vivre comme ils ont vécu, invitant les dirigeants de l’Équateur à assumer et à réaliser le programme élaboré par M. Koyagialo.
 

Pour le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, le gouverneur Koyagialo s’est éteint très tôt parce que le destin l’a empêché de continuer à donner le meilleur de lui-même surtout à l’Équateur pour mettre cette province au diapason de la révolution de la modernité.
 

Il fut un grand baobab de la territoriale dans sa conception des affaires publiques et dans son comportement, a-t-il déclaré tout en louant sa loyauté envers l’autorité morale de la majorité présidentielle.
 

Koyagialo innocenté dans l’affaire « Lititi Mboka »
 
Les funérailles de Louis Alphonse Koyagialo, ancien commissaire de région du Shaba (Katanga), durant la seconde République et l’un des principaux accusés dans l’affaire « Lititi Mboka » ou « massacre des étudiants de Lubumbashi » de mai 1990, ont donné l’opportunité à la nation congolaise d’innocenter ce digne fils du pays dans un dossier où la communauté internationale cherchait à acculer les dirigeants congolais afin de suspendre toute la coopération.
 

Les différentes personnalités qui se sont succédé pour témoigner sur la vie et le parcours du défunt se sont appesantis sur ce dossier brûlant de l’époque ayant conduit ce cadre de la territoriale à la diabolisation jusqu’à son incarcération à la prison centrale de Makala à Kinshasa après une parodie de procès.
 

Plusieurs enquêtes diligentées par la justice congolaise et même par la communauté internationale avaient conclu à l’innocence de Koyagialo dans ce prétendu massacre dont la seule victime identifiée s’appelait Ilombe, originaire du Kasaï Occidental.
 

Le député Konde Vila Kikanda, élu de la circonscription de Goma, au Nord Kivu, ayant longtemps œuvré dans la territoriale avec le défunt, a dévoilé les dessous des cartes sur cette triste affaire, révélant que dans le cadre de ce dossier et ayant succédé à Koyagialo, il avait signé un arrêté d’expulsion du consul de Belgique à Lubumbashi pour son arrogance et le mensonge dont il avait fait montre.
 

Impeto adulé à l’Equateur ! 

Comme l’on peut bien s’en rendre compte, l’actuel chef de l’exécutif provincial Sébastien Impeto est mieux placé pour succéder à Louis-Alphonse Koyagialo comme d’aucuns le souhaitent, pour autant que dans leur plan d’action conçu ensemble et approuvé par l’Assemblée nationale, il y a de quoi espérer déjà à l’épanouissement de l’Equateur. 

Qu’on le laisse travailler comme le souhaitent les fils et filles de l’Equateur qui voient l’ombre de l’illustre disparu planer toujours dans cette province à travers le rigoureux et « vertébré » Impeto l’infatigable. 

Les députés provinciaux qui le soutiennent à majorité, en savent quelque chose. Que l’élan du travail bien fait laissé par l’illustre disparu soit poursuivi par l’actuel gouverneur Impeto qui est même susceptible d’être voté par consensus dans cet hémicycle de l’Equateur. 

Affaire à suivre ! 

Célestin Lutete/MMC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire