MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 5 décembre 2014

La Prospérité : «Etat de la nation : Kabila doit convaincre!»

Radio Okapi 
05/12/2014

Revue de la presse kinoise du 5 décembre 2014

Joseph Kabila, président de la RDC, en 2010
La Prospérité ouvre le bal de la revue de presse de ce vendredi en titrant : « Etat de la nation : Kabila doit convaincre ! »
Selon le journal, sauf changement de dernière minute, le chef de l’Etat congolais devrait présenter lundi 8 décembre 2014, dans un discours aux élus réunis au Parlement, son bilan à mi-parcours. 
«Plus de trois ans après les élections du 28 novembre 2011, plus d’un an après les concertations nationales mais surtout, à moins de deux ans de délais impératifs de la tenue des scrutins législatifs et présidentiel, Kabila n’a pas droit à l’erreur… il doit tout faire, pour convaincre», estime le journal. 
«Il tirera certainement des postures devant lui permettre de se projeter dans le futur, en traçant des perspectives adaptées à la situation et à la dimension du pays au cœur de l’Afrique », croit savoir le quotidien. 
Forum des As, de son côté, s’intéresse à l’état de santé du gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi Chapwe. 
«Contrairement aux folles rumeurs répandues à Lubumbashi et à Kinshasa sur la «mort» du gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi est bien vivant», titre le journal, en réponse à la «folle rumeur répandue mercredi dernier sur le «décès» du très populaire gouverneur du Katanga, qui a disparu de la circulation depuis plusieurs mois sans qu’on ne sache ce qui est arrivé». 
La réponse est venue hier (jeudi) de la Société civile du Katanga par la bouche d’Aubin Kwambi, le Président de la Commission ” Justice et paix “. Selon le quotidien, sur la ” Radio Top-Congo ” émettant de Kinshasa, ce dernier a démenti la nouvelle de la «mort» de Katumbi Chapwe qui est «vivant mais toujours aux soins en Angleterre». 

Ouvrant un autre chapitre, le journal du groupe L’Avenir rapporte de «violents affrontements entre FARDC et ADF» dans la province du Nord-Kivu. Selon le journal, les massacres à répétition dans le territoire de Beni, province du Nord-Kivu, ne pouvant laisser personne indifférente, le Chef de l’Etat, qui a séjourné trois jours durant dans cette ville, a arrêté des mesures pour traquer les terroristes des ADF jusque dans leur dernier retranchement. 
«C’est dans cette perspective que les FARDC ont multiplié des attaques contre ces hors-la-loi, afin de protéger la population et ses biens, sans oublier le territoire national », explique le quotidien, ajoutant que le bilan provisoire de ce combat fait état de 4 combattants abattus, deux armes et plusieurs munitions récupérées ainsi que quelques butins de guerre repris des assaillants en débandade, mais aussi d’un officier mort du côté des FARDC. 
Enfin Le Phare réserve deux de ses pages à la Cour pénale internationale, d’abord pour s’interroger sur le bilan de cette juridiction en RDC sous le titre : « Déni de justice ? Le bilan de la CPI en RDC ». 
Selon le journal, en RDC, la perception publique de la Cour pénale internationale (CPI), depuis la prononciation de ses premières inculpations en 2006, a oscillé entre enthousiasme et indifférence, les périodes de soutien populaire pour une CPI plus active ayant laissé la place à une vision largement partagée comme quoi la Cour n’a pas la capacité ou la volonté de répondre de manière adéquate à la recherche de justice de la population. 
Pour le quotidien, c’est la conséquence directe de la stratégie du procureur de la CPI qui a donné la priorité à la poursuite d’acteurs de « second rang », principalement pour des raisons d’opportunisme politique. 
Sous sa rubrique «Justice», le même journal s’exclame, plus direct : «La CPI en RDC : deux poids, deux mesures !» 
«Déni de Justice ? Oui, mais pourquoi pas abstention coupable et complicité avec le criminel !», ajoute Le Phare, expliquant que ces qualifications se succèdent depuis le déclenchement des poursuites à charge des personnalités africaines sans établir au préalable les actes criminels à leur charge. 
Et le quotidien de citer «le cas le plus éloquent» selon lui, soit celui du Congolais Jean-Pierre Bemba, arrêté à 21 heures à Bruxelles au mois de juillet 2008 sur base des accusations portées en son encontre par une ONG de défense des droits humains et le gouvernement centrafricain, dirigé à l’époque par l’ancien rebelle François Bozize alors que le Procureur Luis Ocampo Moreno ne disposait pas d’un dossier outillé à sa charge. 
«Pourquoi la CPI n’a jamais inculpé les dirigeants politiques, administratifs et militaires centrafricains ?», s’interroge le canard.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire