MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 19 décembre 2014

L’Avenir : Gouvernement de cohésion nationale, bientôt le premier conseil des ministres

Radio Okapi 
19/12/2014

Revue de presse kinoise de vendredi 19 décembre.

Une vue d'ensemble de quelques membres
du gouvernement de la RDC ce 27/04/2011
au palais du peuple siège du parlement,
lors de l'interpélation de certains ministres
à l'assemblé nationale
Radio Okapi Ph. John Bompengo
Initialement annoncé pour hier, suivant des informations ayant fuité d’une source non indiquée, le Conseil des ministres ne se tiendra que dans les jours à venir, à la Cité de l’Union africaine, sous la présidence du Président de la République Joseph Kabila, le Premier ministre Matata Ponyo, ses 3 Vice-premiers ministres, les 2 ministres d’Etat, les 32 ministres ainsi que les 10 vice-ministres, écrit L’Avenir
Le journal ajoute que comme devant le Congrès, Joseph Kabila ne manquera pas d’apprécier les performances plutôt remarquables, enregistrées dans plusieurs domaines par leurs prédécesseurs, insistant sur l’objectif ultime de tous les efforts collectifs à déployer : « celui d’un destin national maîtrisé, et d’un indice de développement humain en constante amélioration ». 
Pour L’Avenir, le premier défi à relever pour ce gouvernement, c’est bien celui de la consolidation de la paix et de la sécurité, partant du grand Kivu où, reconnaît le chef de l’Etat, « des milliers de personnes sont contraintes d’abandonner leur foyer, et où la population subit quotidiennement des violences insupportables, du fait des bandes d’anarchistes dépourvues de toute revendication intelligible, moins encore légitime »

Un autre défi à relever pour un des ministres de l’actuelle équipe gouvernementale, c’est celui des revendications salariales.
A ce sujet, La Prospérité écrit : « Lundi 22 décembre, Théophile Mbemba face à des fonctionnaires en colère ». 
A l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), que dirige le professeur Théophile Mbemba Fundu di Luyindu, la colère monte. Au bas mot, le Collectif des cadres scientifiques, administratifs, techniques et ouvriers qui a pris rendez-vous ce lundi 22 décembre 2014 à 10 heures devant ministère de l’ESU pour exprimer leur ras-le-bol. A cette occasion, les fonctionnaires veulent avoir des réponses à leurs revendications salariales longtemps exprimées. 
Drôle de coïncidence, c’est à l’approche des fêtes de fin d’année qu’ils vont manifester. A peine revenu aux affaires, le ministre Théophile Mbemba doit surmonter épreuve, note La Prospérité. 

Dans un autre registre, Le Potentiel écrit : « Rapatriement des ex-m23, des inquiétudes persistent ». 
Réfugiés en Ouganda depuis la défaite leur imposée en novembre 2013 par la coalition FARDC-Brigade spéciale des Nations unies, les ex-M23 sont au centre d’une polémique entre Kinshasa et Kampala. Alors que dans leur pays d’accueil, ils passent pour des êtres indésirables, Kinshasa se dit prêt à les accueillir mais en débrouillant le blé de l’ivraie. 
Hier devant la presse, François Muamba, coordonnateur du Mécanisme national de suivi de l’accord-cadre d’Addis-Abeba s’est évertué à démêler l’imbroglio sans arriver à dissiper des inquiétudes sur les non-dits qui entourent ce dossier, note Le Potentiel. 

Dans la même logique, Forum des As écrit à sa une : « les vérités de François Muamba »
Devant la presse, le coordonnateur du Mécanisme national de suivi (MNS), François Muamba Tshishimbi, a tordu le cou à toutes les contre-vérités aussi désincarnées qu’ubuesques qui se racontent au sujet des ex-éléments du défunt M23 se trouvant notamment en Ouganda. Au terme de la démonstration ex cathedra, des faits têtus par nature. 
Cité par Forum des As François Muamba déclare : 
« Non, la RDC ne traîne pas les pieds sur le front de rapatriement des ex-rebelles. Le nécessaire processus de désarmement, démobilisation et réinsertion des ex-M23 avait pour élément déclencheur l’amnistie. Or, celle-ci devait revêtir la forme d’une loi. En plus, au contraire des pardons antérieurs, l’amnistie actuelle est individuelle. Histoire de ne pas retomber dans les travers d’autre fois où les bénéficiaires d’amnistie sans frais récidivaient par la suite. Question aussi de ne pas absoudre des criminels qui doivent répondre de leurs actes devant la justice ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire