MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 3 mars 2015

RDC : l’opposition propose un calendrier électoral différent de celui de la Ceni

Radio Okapi 
02/03/2015

Joseph Olenga Nkoy.
Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
L’opposition politique compte déposer mardi 3 mars sa proposition de calendrier électoral à certaines institutions nationales. Des ténors de cette frange politique l’ont annoncé le week-end dernier, après une rencontre d’élaboration de ce document. Pour eux, il est question de corriger le calendrier de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qu’ils qualifient de non consensuel. Entre-temps, au sein de la Majorité Présidentielle, on parle d’une démarche anticonstitutionnelle. 

Pour ces acteurs de l’opposition, il était indispensable d’amender le calendrier de la Ceni afin de lui donner un caractère réaliste et consensuel. 

L’un d’entre eux, Joseph Olengankoy, assure que cette action entre bien dans les prérogatives de l’opposition. 
«On ne viole pas du tout la constitution. La même constitution reconnait le droit de l’opposition qui est de vérifier aussi les actions du gouvernement. Nous ne faisons que des propositions à la Ceni», a-t-il expliqué. 
Pour sa part, Gaston Musemena, député national membre de la Majorité présidentielle, estime que l’opposition a carrément craché sur la constitution. 
«Nous avons reconnu à cette institution [la Ceni] de présenter le calendrier. C’est vrai, nous sommes sur la scène politique, tout est dynamique. Mais l’opposition ne peut pas se permettre d’élaborer un autre calendrier», a-t-il affirmé. 
Le cadre de la Majorité dit surtout ne pas comprendre que l’opposition de la République démocratique du Congo qui «participe au fonctionnement des institutions, puisse marcher sur les lois qu’elle même aussi a édictées». 

Pour lui, c’est «demander une chose et son contraire, c’est marcher sur les lois de la RDC». 

Quant à la Ceni, elle dit se réserver de tout commentaire en attendant le dépôt par l’opposition du texte dont il est question.​

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire