MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 27 octobre 2015

Forum des As: «Elections : les assurances de Matata»

Radio Okapi 
27/10/2015 

Revue de presse du mardi 27 octobre.

Mots de condoléance du premier Ministre Matata Ponyo 
le 20/04/2013 à la cathédrale du centenaire protestant à Kinshasa, 
lors de l’exposition de la dépouille de l’éditeur, Mankenda Voka 
du quotidien Kinois : L’Observateur. 
Radio Okapi/Ph. Jean Decky Kionsa 

Les journaux parus ce mardi à Kinshasa commentent pour la plupart la présentation du projet de budget 2016 par le premier ministre Matata Ponyo lundi à l’Assemblée nationale. 

Présentant hier l’économie du projet de budget 2016 à l’assemblée nationale, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo a affirmé que le Gouvernement dispose des ressources suffisantes pour financer le processus électoral, rapporte Forum des As qui titre : «Elections : les assurances de Matata». 
Pour l’exercice budgétaire 2016, 500 milliards des francs congolais (environ 543 478 260 USD) destinés aux élections. Ce qui représente plus de la moitié de la somme fixée par la Ceni pour organiser les élections, rapporte le journal. 
« La crainte de voir les élections ne plus se tenir faute d’argent est désormais évacuée », estime ainsi le quotidien. 

Commentant ce budget, La Prospérité parle d’une « cure d’amaigrissement ».
Augustin Matata a annoncé, au regard de ce contexte de crise, une série de mesures d’encadrement budgétaire, indique le journal. 
Parmi ces mesures, le confrère cite notamment la réduction de l’enveloppe de frais de fonctionnement des institutions, la réduction de frais de mission à l’étranger, le plafonnement de frais de représentation pour les missions à l’étranger et la limitation du nombre de missions à l’étranger. 
Malgré les difficultés évoquées pour justifier la baisse des recettes dans le Budget 2016, le Premier ministre prévoit toujours un taux de croissance à 9%, rapporte La Prospérité. 

Commentant ce chiffre, le député PPRD Simon Mbatshi Batshia, habitué à faire l’éloge du gouvernement à chaque dépôt de budget, selon Le Phare, a pour une fois relevé le contraste entre le taux de croissance élevé (9,2%) et une pauvreté qui ne recule pas. 
Un taux de croissance qui n’a aucun impact sur la création d’emplois, selon les propos du député que rapporte le journal. 

L’Avenir en revanche se fait l’écho de l’éloge du député Palu Michel Lokola au gouvernement. 
Le journal précise que l’ex-ministre du Budget qui soutient ce projet de loi des finances 2016, recommande cependant au gouvernement de recourir à la loi de rectification de budget finances afin de contenir l’impact des cours mondiaux des matières premières sur le budget 2016. 
Cette loi offre au gouvernement la possibilité d’emprunter de l’argent ailleurs en cas de défaut d’une de ses sources de revenu. 

Le Potentiel constate que le projet de budget 2016 est nettement en baisse par rapport au budget 2015. Or, fait-il remarquer, dans les priorités de l’Etat pour le prochain exercice budgétaire, il y a notamment le financement du cycle électoral et la poursuite du processus de découpage provincial. 
Et le journal de s’interroger si le premier ministre réussira son grand oral mercredi devant les députés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire