************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 4 mars 2016

Exploitation forestière en RDC: des ONG appellent au maintien du moratoire

Radio Okapi 
03/03/2016

Un engin prêt à transporter des grumes provenant de 
la forêt équatoriale en RD Congo pour une exportation. 
Radio Okapi / Ph. Bompengo 

Une coalition d'organisations nationales et étrangères de défense de l'environnement a appelé mercredi 2 mars les autorités congolaises « à maintenir le moratoire » sur l'attribution de nouvelles licences d'exploitation des forêts tropicales de la République démocratique du Congo. 

« Nous demandons instamment au gouvernement de la RDC de maintenir le moratoire sur l’exploitation forestière », indique un communiqué envoyé à l'AFP par l'ONG britannique Global Witness, une des signataires du document.

En janvier, écrivent ces 12 organisations environnementales et de lutte contre la corruption, le ministre congolais de l'Environnement Robert Bopolo avait déclaré que « les démarches sont en cours pour obtenir du gouvernement la levée » du « moratoire sur l'octroi de nouvelles concessions forestières décrété en 2002 ». 

Interrogé par l'AFP, M. Bopolo « confirme » l'intention de la RDC de « rouvrir ce dossier dans l'intérêt [financier] de la République ». 

« C'est dans notre agenda, il faut qu'on en débatte, c'est dans nos préoccupations » de procéder à la levée du moratoire, a-t-il insisté. 

Pour les signataires, « le gouvernement de la RDC semble remettre en question ses engagements » alors que « la communauté mondiale collabore à la protection des dernières forêts tropicales ». 

La RDC avait lancé en 2002 un processus de conversion des titres forestiers en contrats de concession destiné à faciliter une meilleure gestion des ressources. 

Ce processus s'est étendu sur une période de six ans, accompagnée d'un moratoire sur l'octroi de nouvelles exploitations. Seuls 65 titres forestiers sur 156 requêtes ont été convertis en concessions. 

Grande comme cinq fois la France, la RDC abrite plus de 60% des forêts denses du Bassin du Congo, deuxième massif forestier tropical de la planète après l'Amazonie, avec une biodiversité très riche, encore loin d'avoir été totalement répertoriée. 

Les forêts congolaises représentent 145 millions d'hectares, dont 60 millions peuvent être exploités, selon le ministère de l'Environnement. 

L'absence de développement, de services publics dans de nombreux coins du territoire et les conflits armés qui continuent dans la partie Est du pays sont à l'origine d'une forte pression sur les ressources naturelles. 

L'exploitation illégale du bois constitue un problème majeur dans de nombreux pays en développement comme la RDC et représente une menace importante pour les forêts. 

Elle participe au processus de déforestation et à la dégradation des forêts, menace la biodiversité et compromet la gestion et le développement durables des forêts. (AFP)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire