BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************

lundi 12 novembre 2012

RDC: Jean-Pierre Bemba appelle les Congolais à éviter la partition du pays

Radio Okapi 
12/11/2012 

Jean-Pierre Bemba, président du MLC,
à la Haye.
 Photo afrik-online.com 
Le président du Mouvement de libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba Gombo, demande au pouvoir de Kinshasa de mette fin à la guerre dans l’Est du Congo et à l’insécurité qui y règne, de protéger les populations civiles, de restaurer l’autorité de l’Etat, d’éviter la partition du pays et de réactiver, sans délai, la démocratie dans tous les secteurs de la vie publique.Il a lancé cet appel lundi 12 novembre à partir de La Haye (Pays-Bas), dans son message lu devant la presse congolaise, à Kinshasa, par le secrétaire général du MLC, Thomas Luhaka Losandjola. 


Jean-Pierre Bemba a appelé les Congolais à la réconciliation, à l’unité et à la cohésion nationales, afin, dit-il, de «sauver la patrie en danger»

Ancien vice-président de la RDC en charge de l’économie et des finances, il estime nécessaire que les Congolais puisse léguer à la postérité un pays uni et limité dans ses frontières du 30 juin 1960. 

Le président du MLC regrette qu’après 52 ans d’indépendance, le rêve d’un Congo uni, fort, prospère et respecté par les autres nations ne s’est toujours pas réalisé. 

Jean-Pierre Bemba note, par ailleurs, que le processus de démocratisation a connu des régressions, faisant ainsi allusion aux élections générales de novembre 2011 qui, selon lui, ont davantage semé les divisions tranchées au sein de la communauté nationale. 

«Le pays est en danger, le plus urgent et le plus important est de sauver le Congo», a déclaré le patron du MLC, poursuivi depuis 2008 par la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis par ses troupes entre 2002 et 2003 en République centrafricaine. 

De passage fin octobre dernier à Kinshasa, la juge Fatumata Diara de la Cour pénale internationale (CPI) avait regretté à Kinshasa, le retard pris dans le procès du leader du Mouvement de libération du Congo (MLC), Jean-Pierre Bemba, détenu à la Haye depuis près de cinq ans

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire