************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

lundi 15 décembre 2014

Décédé en Afrique du Sud depuis dimanche : qui était l’illustre disparu Koyagialo ?

Digital Congo 
15/12/2014

Louis Alphonse Koyagialo a été élu gouverneur de l’Equateur avec 76 voix contre 27 pour son concurrent Jean Lucien Busa, le lundi 10 juin 2013 à Mbandaka, Il était le 28ème gouverneur de l’Equateur depuis l’indépendance de la Rdc. 

M. Louis Alphonse Koyagialo Gbase te Gerengbo, le successeur du gouverneur honoraire Jean-Claude Baende, limogé par le Président de la République suite aux conflits récurrents avec l’assemblée provinciale, est décédé en Afrique du Sud, dimanche 14 décembre 2014, de suite d’une longue maladie. 

Brutalement attaqué par une crise de paludisme en pleine séance de travail à Mbandaka, Koyagialo a été ramené en urgence à Kinshasa, où le Chef de l’Etat Joseph Kabila avait décidé de son évacuation en Afrique du Sud, à bord d’un avion médicalisé pour des soins appropriés.
 

Le destin en a voulu autrement, le chef de l’exécutif provincial de l’Equateur est finalement mort. 

Pour rappel, Louis Alphonse Koyagialo a été élu gouverneur de l’Equateur avec 76 voix contre 27 pour son concurrent Jean Lucien Busa, un certain lundi 10 juin 2013 à Mbandaka. Un bulletin a été déclaré nul par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qui a organisé ce scrutin. Les cent quatre députés provinciaux électeurs du gouverneur étaient présents à l’Assemblée provinciale pour cette élection. Il avait comme colistier, Sébastien Impeto Mpengo, qui d’ailleurs fait office du gouverneur intérimaire, jusqu’à ce jour. 



Qui était-il ? 
Né à Yakoma le 23 mars 1947, Koyagialo est licencié en Droit de l’Université de Lovanium [aujourd’hui Université de Kinshasa, Unikin]. 
Koyagialo a fait ses études primaires en partie à MOBAYI-MBONGO et une autre à MOLEGBE. Il a terminé ses études secondaires au collège St. Thomas More de Lisala. 

En 1972, il a travaillé comme conseiller juridique à l’Office national de logement (ONL). Il a rejoint l’année suivante le ministère des Affaires sociales.
 

Réputé pour son expertise dans la territoriale, carrière qu’il a embrassée depuis 1979, d’abord comme directeur de région au Katanga (appelé alors Shaba), Louis Alphonse Koyagialo deviendra ensuite commissaire sous régional de Likasi (1980 – 1982), puis commissaire urbain de Lubumbashi jusqu’en 1985.
 

Il a également été vice-gouverneur du Kasaï-Oriental en 1985 et du Kivu. Entre 1986 et 1990, Louis Alphonse Koyagialo était gouverneur du Katanga.
 

Cadre de la Majorité présidentielle, Louis Koyagialo a été nommé en mars 2012 Premier ministre intérimaire de la RDC en remplacement d’Adolphe Muzito, élu député.

 

Avant cette nomination, il était vice-premier ministre et ministre des Postes, Téléphones et Télécommunications (PTT) du gouvernement Muzito.
 

Il s’était chrétiennement marié à Madame Marie Claire LIBEBA KOYAGIALO, une charmante fille de Lisala, père de 14 enfants, grand-père de 11 petits enfants.
 

Il était issu de l’union de M. François GERENGBO, un ancien catéchiste de MOBAYI-MBONGO, et de Mme YAKONZI Joséphine, une maman légionnaire.
 

Son père fut originaire du village KUMBU et sa mère du village NDAWELE. Il appartenait à la famille régnante du groupement KUMBU, dont le chef a été coopté comme Député de la législature en cours, en l'occurrence Chef Joseph NGBONGU NGBA.

 

Sa vie professionnelle a été ponctuée de plusieurs fonctions dans l'appareil de l'Etat. Dans sa carrière dans la territoriale, il fut tour à tour, Directeur de Région du Shaba (Katanga) ; Commissaire Sous Régional de la Ville de Likasi (Maire de la Ville) ; Commissaire Sous Régional de la Ville de Lubumbashi (Maire de la Ville) ; Vice-gouverneur de la Province du Kasaï Oriental ; Vice-gouverneur de la Province du Kivu (Avant le découpage) ; Gouverneur de la Province du Shaba (Katanga).

 

Ses nombreuses réalisations 
La réfection de la voirie des villes Lubumbashi, Kolwezi, Kipushi et Kambove ; 
lancement des ponts dans les Territoires de Nyunzu, Moba (Mulobozi), Malemba-Nkulu (Kalume Ngongo) et Mutshatsha ;
 
La réfection et équipement en bancs des écoles de Lubumbashi (Katuba, Rwashi, Kamalondo, Kenya), de Likasi (Kikula, Likasi), de Pweto ; 
la réhabilitation, l’équipement et l’approvisionnement de tous les hôpitaux de l'Etat dans la Province en lits, matelas, couvertures, draps, groupes électrogènes et produits pharmaceutiques ;
 
La mise sur pied d'une entreprise provinciale d'évacuation des immondices, de désinsectisation et d'assainissement des milieux entièrement financée par les recettes de la Province ; 
le financement pour l’achèvement du 4ème niveau du bâtiment de l'Hôtel de Ville de Lubumbashi ; 
la construction du complexe administratif du District de Lualaba à KASAJI et enfin, le programme d'habitat avec les matériaux locaux, ce qui a amélioré les villages qui ont été ensuite équipés en pompes hydrauliques achetées grâce aux moyens propres à la Province.
 

Comme l’on peut s’en rendre compte, ces quelques exemples illustrent l'expérience de gestion des entités territoriales décentralisées qu’il a eue à gérer à partir de la base jusqu'au sommet. 

Quid de Massacre des étudiants de Lubumbashi ? 
Louis Koyagialo était gouverneur de la province du Shaba (actuel Katanga) en 1990 quand survient ce qui est connu sous le nom de « massacre des étudiants de Lubumbashi ». 

Il a alors été accusé d’avoir été responsable d’un présumé massacre de nombreux étudiants de l’Université de Lubumbashi. Il a écopé d’une peine d’emprisonnement de 4 ans avant d’être gracié. 

En 2012, Koyagialo publie «Massacre de Lubumbashi du 11 au 12 mai 1990». Dans cet ouvrage, il se considère comme « un bouc-émissaire ». 

Dans son livre il affirmait que cette affaire était « une grande manipulation politique » qu’il comparait à l’affaire Dreyfus. 

Arrivé à la tête de la province de l’Equateur, le très « vertébré » Koyagialo était déterminé à mettre au profit de sa province sa riche expérience accumulée dans d'autres provinces de notre pays. 

Il voulait faire de sa province un modèle de gouvernance de proximité, à être proche du peuple et de ses problèmes et y apporter des solutions idoines.
Hélas, le Très Haut en a décidé autrement. 
Célestin Lutete/MMC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire