************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 9 décembre 2014

Equateur : 36 détenus s’évadent de la prison de Lisala

Radio Okapi 
09/12/2014

Des inscriptions sur le mur intérieur de
la prison de Lodja, lors d’une visite des
quelques responsables des agences
des Nations unies le 18/1/2003.
Ph- Don John
Trente-six détenus se sont évadés dans la nuit de samedi au dimanche 7 décembre de la prison de Lisala (Equateur). Un activiste des droits de l’homme sur place rapporte que pendant la pluie, les évadés ont creusé, avec leurs ongles, un trou dans le mur de la prison avant de s’enfuir. 

Le seul détenu qui est resté dans cette maison carcérale est un enfant qui dormait pendant l’évasion. 

Plusieurs évasions ont été enregistrées dans la prison de Lisala depuis le début de cette année. Cet établissement pénitencier est très délabré. 

Il ne se passe pas un mois sans qu’on enregistre des évasions, indiquent des sources concordantes. 

En février dernier, 46 détenus s’étaient déjà enfuis.

Ces multiples évasions inquiètent les autorités judiciaires qui craignent que des détenus dont ils ont prononcé la condamnation s’en prennent à eux. Les auxiliaires de la justice expriment les mêmes craintes. 

Tous demandent au ministère de la Justice d’autoriser le Parquet de Lisala d’utiliser la prison militaire d’Angenga pour garder les détenus dangereux. La prison d’Angenga est située à 25 km de Lisala. En piteux état pendant plusieurs années, elle a été réhabilitée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire