************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 9 décembre 2014

Le Phare: « Matata II fait des victimes au MLC : Luhaka, Kambinga et Egwake exclus »

Radio Okapi 
09/12/2014

Revue de presse kinoise du 9 décembre 2014

Le député Germain Kambinga lors
de l’ouverture de la session parlementaire
ordinaire le 15/03/2014 au palais du peuple
de Kinshasa.
Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
 
Les journaux parus ce mardi reviennent largement sur la formation du nouveau gouvernement congolais à la tête duquel a été maintenu le Premier ministre Matata Ponyo. 
Gouvernement dans lequel on compte également des membres de l’opposition dont trois cadres du MLC de Jean-Pierre Bemba. Certains journaux se penchent notamment sur cette présence des membres du MLC dans le gouvernement Matata II. 

Le Phare parle de Luhaka, Kambinga et Egwake comme des premières victimes de ce gouvernement. Le journal fait savoir que les trois ont été exclus de leur parti après avoir accepté de faire partie de ce gouvernement dit de cohésion nationale. 
En dépit d’un sursis de quelques heures leur accordé par le bureau politique du MLC pour revenir sur leur décision de rejoindre l’équipe Matata, Luhaka, Kambinga et Egwake ont observé jusqu’à midi un silence absolu, révèle le quotidien. 
Convaincu que le délit était déjà consommé, poursuit le Phare, le président du MLC, Jean Pierre Bemba, à partir de sa cellule de la Haye, a intimé l’ordre de radier ces hauts cadres. 
Réuni au siège de leur parti envahis par les inconditionnels de « Igwe », relate encore le journal, le bureau politique du MLC a finalement rendu publique l’exclusion définitives des trois membres précités. Il est reproché à Luhaka, Kambinga et Egwake de participer à la nouvelle équipe gouvernementale sans le quitus du parti en violation des statuts et du règlement intérieur. 

La Prospérité relaie la réaction de l’un des trois exclus : Thomas Luhaka.
Ce dernier dénonce un vice de forme dans la procédure de son exclusion. Si une réunion devrait être convoquée, fait-il remarquer, c’est à lui Luhaka que revient le pouvoir de le faire, en sa qualité de Secrétaire Général du parti. 
Pour Thomas Luhaka, note le journal, cette décision a été prise dans la précipitation, uniquement dans l’intention de nuire. Il trouve normal sa participation au gouvernement de cohésion nationale qui, soutient-il, est une résolution des concertations nationale auxquelles a participé son parti le MLC. 

Dans édito, Forum des As voit dans la composition de cette équipe gouvernementale « un casting politique ». Pour sûr, Matata II s’annonce sous des auspices politiques, écrit le journal. 
Si le Premier ministre incarne, à lui seul la caution « technocrate » du Gouvernement, il n’en demeure pas moins que l’on est loin du casting Matata I, fait observer le confrère. 
Forum des As croit connaître l’explication de ce choix du chef de l’Etat. 
Face aux échéances à venir, analyse le quotidien, Joseph Kabila se devait à la fois de battre le rappel de ses troupes en commençant par le PPRD, rassurer son allié idéologique le plus précieux qu’est le Palu et d’élargir l’assiette du Régime avec des figures de l’Opposition. 
D’où l’alchimie estampillée “Gouvernement de cohésion nationale “. 

Le Potentiel énonce, de son côté, les raisons du maintien de l’actuel Premier ministre. En mai 2014 alors que les consultations se multipliaient au niveau de la famille présidentielle, Le Potentiel était convaincu que Matata était « parti pour rester » à son poste, écrit le confrère. Le journal estime que l’efficacité du Premier ministre a plaidé pour lui. 
Porté à la tête du gouvernement en avril 2012, souligne le quotidien, Matata a posé des actes qui ont de plus en plus renforcé son leadership aux commandes du gouvernement central. 
Pour le Potentiel, le chef de l’Etat a trouvé en lui du répondant pour la concrétisation du programme de la révolution de la modernité. Il était hasardeux de remplacer en pleine compétition un capitaine d’équipe qui fait ses preuves sur le terrain, commente le confrère.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire