MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

lundi 8 décembre 2014

Forum des As : « Gouvernement: Matata se maintient, Boshab, Luhaka et Makiashi font leur entrée »

Radio Okapi 
08/12/2014

Revue de presse du lundi 8 décembre 2014

Le premier ministre, Matata Ponyo Mapon
 et les membres de son gouvernement
le 15/04/2013 au palais du Peuple à Kinshasa,
lors d’une plénière à l’assemblée nationale.
Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Même si elle a été annoncée tard dans la soirée à la télévision nationale congolaise, la composition du nouveau gouvernement fait la une de certains journaux parus ce lundi. 

Forum des As indique en titre que le Premier ministre Matata Ponyo dont certains spéculaient sur son avenir au gouvernement reste à la tête de la nouvelle équipe. 
Le premier ministre a survécu à la « mort » de son gouvernement en place depuis avril 2012, commente le journal. 
Première nouveauté, écrit le confrère, la nouvelle équipe comprend trois vice-premiers ministres. Trois poids lourds provenant du PPRD, du MLC et du Palu. 
Le parti présidentiel sera représenté dans ce saint des saints du Gouvernement par le kabiliste en chef. Evariste Boshab en personne, commente le quotidien. 
Idem pour le parti bembiste aux premières loges avec la présence de son secrétaire général Thomas Luhaka. 
Le parti cher à Gizenga envoie aussi dans le Cabinet son Secrétaire permanent, poursuit le journal. 

Plusieurs fois attendue et maintes fois repoussée ou décalée, la nouvelle équipe du gouvernement de cohésion est là, annonce en une La Prospérité.
Le journal cite les nouveaux ministres parmi lesquels Aimé Ngoy Mukena à la Défense Nationale, Alexis Thambwe Mwamba à la Justice, Olivier Kamitatu au Plan, Henry Yav Muland aux Finances, Bienvenu Liyota à l’Environnement, Mme Ngudianga au Commerce, Germain Kambinga à l’Industrie, Bolengetenge aux Affaires Foncières, Matadi Nenga Jeannot à l’Energie, Elvis Mutiri au Tourisme, Théophile Mbemba Fundu à l’ESURS. 
Certains ministres gardent leur portefeuille. Il s’agit de Raymond Tshibanda aux Affaires Etrangères, Louise Munga au Portefeuille, Lambert Mende à la Communication et Médias, Maker Mwangu à l’EPSP, Jean-Claude Kibala à la Fonction Publique, Fridolin Kasweshi aux ITPR, Martin Kabwelulu aux Mines, Crispin Atama aux Hydrocarbures, Félix Kabange Numbi à la Santé Publique, Justin Kalumba Mwana Ngongo aux Transports et Voies des communications. 
Parmi les ministres qui laissent leur portefeuille, La Prospérité cite notamment Daniel Mukoko Samba, Patrice Kitebi, Alexandre Luba Tambo, Bavon N’sa Mputu, Célestin Vunabadi, Jean-Chrysostome Vahamwiti, Jean-Paul Nemoyato, Remy Musungay et Robert Mbwinga, Charles Naweji Mundele. 

De son côté, L’Avenir fait sa une sur le crash raté de l’avion du gouvernement qui ramenait plusieurs personnalités de Dakar où elles avaient assisté au sommet de la Francophonie. 
Pour le journal, « ce supposé crash » a étonné plus d’une personne. Le quotidien explique ses doutes sur ce « supposé » accident : « un Gouvernement de rigueur productrice de croissance comme celui présidé par le Premier ministre Matata Ponyo ne pouvait pas se permettre d’acheter un vieil avion ou un Antonov pour le mettre à la disposition non seulement de son propre Gouvernement, mais aussi de toute la République ». 

Pour sa part, Le Potentiel s’intéresse au dernier massacre des civils à Beni. Le journal annonce le bilan de 32 personnes tuées à la machette au cours du week-end passé à Beni. 
Les FARDC et les casques bleus ont débarqué sur les lieux de la tragédie juste pour établir le bilan macabre, commente le journal. Et pourtant, poursuit le confrère, les tueries d’Erengeti, d’Oicha, de Masulu Kuende près de Mavivi suffisaient pour anticiper et arrêter ces massacres d’une autre époque. Pour ne l’avoir pas fait, le gouvernement et la Monusco passent pour des coupables, tranche Le Potentiel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire