MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

lundi 8 décembre 2014

RDC : les membres du MLC au nouveau gouvernement exclus du parti

Radio Okapi 
08/12/2014

Le député Germain Kambinga lors
de l’ouverture de la session parlementaire
ordinaire le 15/03/2014 au palais
du peuple de Kinshasa.
Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
Des cadres du MLC de Jean-Pierre Bemba ont signé lundi 8 décembre une déclaration révoquant de ce parti leurs trois camarades nommés ministres au sein du gouvernement de cohésion nationale. Ce sont Thomas Luhaka, secrétaire général du MLC, Germain Kambinga et Omer Egbwake, deux autres cadres de ce parti. Les concernés n’ont pas réagi à cette mesure. D’autres cadres du MLC en appellent cependant à l’arbitrage de Jean-Pierre Bemba. 

Parmi les signataires de cette déclaration, on compte trois secrétaires généraux adjoints sur quatre, soit Fidèle Babala, Jacques Lungwana et Alexis Lenga, soutenus par d’autres cadres de ce parti. 

Ils affirment agir sur ordre du président du MLC, le sénateur Jean-Pierre, retenu depuis 6 ans à la CPI. On reproche aux nouveaux ministres d’avoir accepté de participer à ce gouvernement «sans l’accord du MLC, ni de son Chef Bemba».
«Le secrétariat général a d’abord pris acte de la position de nos trois camarades qui ont accepté librement d’entrer au sein du gouvernement. Et sur instruction du président national, en concertation avec le secrétariat exécutif, le secrétariat général, on a pris acte de l’auto exclusion de l’auto radiation de ces membres», a expliqué Jacques Djoli, deputé national du MLC et cadre du parti. 
Selon lui, le président national a donné des instructions pour que les autres instances du parti puissent prendre des mesures conformes à cette procédure. 

Pour leur part, les trois ministres du MLC incriminés n’ont pas réagi à cette communication de leurs collègues. 

L’une des quatre secrétaires généraux adjoints membres du collège des secrétaires généraux adjoints ne semble pas d’accord avec cette décision. 
Angelique Milemba a appelé à un dialogue interne pour examiner la situation, appelant même Jean-Pierre Bemba à trancher. 
«Ce gouvernement, c’est un gouvernement issu des concertations. Et le MLC était partie prenante. Nous devons en parler en interne et je pense que les exceptions seront levées parce qu’en politique, on dit toujours “ce qui est vrai aujourd’hui peut être faux demain», a-t-elle défendu. 
Pour elle, le MLC est un parti dynamique et dispose de cadres assez compétents pour donner tout ce qu’ils ont de meilleur à la République. 
«Notre président a toujours su considérer le point de vue des cadres. Nous attendons sa position par le canal du secrétaire général qui est encore en fonction», a-t-elle ajouté. 
Tout en assurant que le MLC ne peut pas être ni kabiliste, ni de la majorité kabiliste, elle rappelle néanmoins que ce parti de l’opposition n’a jamais déclaré retirer toutes ses contributions ou résolutions arrêtées aux concertations nationales.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire