************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

jeudi 29 janvier 2015

RDC: la Monusco satisfaite du compromis, mais inquiète du climat politique

RFI
29/01/2015

Le Chef de la Monusco, Martin Kobler 
félicite et encourage une patrouille de la police nationale congolaise
 à Eringeti au Nord Kivu. MONUSCO/Abel Kavanagh 

En RDC, la mission de l’ONU au Congo (Monusco) s’est félicitée de l’adoption d’une loi électorale plus consensuelle dimanche. Mais comme tout le reste de la communauté internationale, elle appelle désormais la Commission électorale nationale indépendante (Céni), à publier un calendrier électoral. Elle s’inquiète en outre, par la voix de son chef, Martin Kobler, de la dégradation politique dans le pays et notamment de la multiplication des arrestations. 

Pour le chef de la Monusco Martin Kobler, cela a été une « décision très sage, de la part du Parlement, de trouver cette solution, de ne pas lier le recensement dans la loi électorale, aux élections présidentielles. » Selon lui, le dialogue doit maintenant se poursuivre avec la Céni. « Nous attendons maintenant les prochaines étapes, le calendrier électoral global […] jusqu’à 2016, pour les élections présidentielles. »

La mission de l’ONU en RDC s’inquiète également d’une série d’arrestations de leaders politiques de l’opposition avant et pendant les manifestations contre le projet de loi électorale qui a désormais été adopté. « Nous avons suivi, à Kinshasa, à Lumumbashi, à Goma, à Bukavu, dans toutes les villes de la République, des arrestations dans l’opposition, et des autres activistes des droits de l’homme. » La Monusco appelle donc la RDC à respecter le droit à la défense et à un accès un procès équitable. « Nous avons la liste de ces personnes. Notre section des droits de l’Homme est engagée avec ses équipes, dans toutes les villes ici, pour vérifier et demander aux autorités que c’est important d’avoir l’état de droit. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire