************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 11 février 2015

En RDC, le militant Christopher Ngoyi Mutamba devant la justice

RFI 
11/02/2015

En RDC, Christopher Ngoyi Mutamba a été présenté par le gouvernement
devant la justice, le 10 février 2015. Getty Images/ Spaces Images 

Il avait disparu depuis le 21 janvier dernier. Christopher Ngoyi Mutamba est réapparu, mardi, au ministère de l'Intérieur, où il a été présenté par le gouvernement de RDC avant d'être transféré au parquet général de la République. L'activiste des droits de l'homme a été arrêté pour dix infractions, selon la police, qui a cité entre autres motifs : « incitation à la haine raciale » et « atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat ». 

Au cours de l’audience, Christopher Ngoyi Mutamba a été présenté comme l’un des instigateurs des évènements des 19 et 20 janvier derniers. Le colonel de la police, Jean-Romuald Okuka l’a accusé d’avoir recruté parmi des repris de justice des casseurs et des pilleurs, également d’avoir manipulé quelques hommes en uniforme et des étudiants.

« Les manifestants visaient le chaos et avaient utilisé des méthodes de terroriste », a expliqué l’officier. Selon lui, l’objectif de ces violences était de renverser les institutions de la République. Et il a prévenu : Christopher ne devra pas être seul à répondre devant les juges des dix infractions qui sont retenues contre lui. Allusions à quelques campeurs et aux bailleurs de fonds que le colonel Okuka s’est gardé de nommer. 

Sans broncher, Christopher Ngoyi Mutamba a suivi toutes ces accusations, sourire aux lèvres. 
« Je suis fier de vous, de ce que vous êtes en train de faire, on continue la lutte », aurait-il déclaré ensuite à ses collègues.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire