MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 17 février 2015

Equateur: le conflit entre Ngbaka et Ngbandi fait deux nouvelles victimes

Radio Okapi 
17/02/2015

Des habitants Twa (pygmés) à Bikoro,
près du Lac Tumba, dans l'Equateur, 2005.
Le conflit foncier entre les communautés Ngbaka de Lingotebe et Ngbandi de Ngbanda vient de faire deux nouvelles victimes dans le Sud-Ubangi (Equateur). Un Ngbaka qui traversait le village Nganda a été décapité dimanche 15 février et sa tête emportée. Ce crime survient après que le même sort a été réservé, trois semaines plus tôt, à un Ngbandi de la part des Ngbaka. Le ministre provincial de l’Intérieur de l’Equateur, Michel Liyele wa Liyele, annonce l’envoi de l’armée sur les lieux en remplacement de la police afin de rétablir l’ordre. 

La hache de guerre semble bel et bien déterrée entre les Ngbaka de Lingotebe et les Ngbandi de Ngbanda. 
Les deux communautés se disputent depuis plusieurs années une portion de forêt où elles défrichent des champs. 
Ce conflit vient de faire deux nouvelles victimes malgré les deux missions qui se sont rendues sur place pour calmer la tension. La première était envoyée par le gouvernement provincial de l’Equateur et la seconde par l’Assemblée nationale.


Jean-Marie Agape Monoko, députe national qui faisait partie de la mission de bons offices diligentée par l’Assemblée nationale, regrette ces nouveaux crimes et appelle les deux communautés à la retenue. 

Les Ngbaka de Lingotebe et les Ngbandi de Ngbanda avaient pourtant manifesté leur volonté de se réconcilier en attendant le règlement du conflit par les autorités. 
De son côté, le ministre provincial de l’Intérieur a accusé, sans donner plus d’explications, des députés nationaux d’être à la base de l’exacerbation du conflit entre les deux peuples.​

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire