MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

dimanche 1 mars 2015

Martin Fayulu aux Congolais de Belgique, plus d’unité, plus d’organisation, plus de sensibilisation, plus de détermination

http://www.cheikfitanews.net/ 
28/02/2015


Martin Fayulu président du parti congolais ECIDE, «engagement pour la citoyenneté et le développement » et une de têtes d’affiche de la plate-forme « sauvons le Congo », était de passage à Bruxelles où il a tenu une conférence dans la salle de la C S C située Rue Pletinckx 19 à 1000 Bruxelles. 

Durant la conférence, monsieur Martin Fayulu a longuement échangé avec un grand auditoire venu l’écouter. Après une introduction par le modérateur du jour qui a donné le parcours politique et citoyen de monsieur Martin Fayulu, celui-ci a pris la parole non pas pour un long exposé, mais pour donner les balises de la rencontre, voulant plus répondre aux préoccupations de l’auditoire que de donner un exposé ex cathedra. 

Quelques axes ont ainsi été tracés :
  • L’engagement de l’orateur pour changer l’image de la RD Congo et la volonté de voir chaque congolais se réapproprier ce penchant. 
  • La sensibilisation du Congolais pour qu’il se réveille davantage et fasse sienne la nécessité de ne pas laisser le processus démocratique entre les mains de gens sans foi ni loi. Ce qu’il illustrera par le front que leur plate-forme avait ouvert contre l’abbé Malu Malu, véritable bras séculier du clan Kabila. 
  • La vigilance tout azimut face aux manœuvres de monsieur Joseph Kabila qui cherche par tous les moyens et différents subterfuges à se cramponner au pouvoir, pouvoir qui est caractérisé malheureusement par une dérive totalitaire inacceptable qui embastille tous ceux qui se battent pour le réveil du peuple. Le cas le plus récent étant l’enlèvement puis la détention illégale jusqu’à ce jour, du leader de la société civile Christopher Ngoyi Mutamba, une autre tête d’affiche de la plate-forme « sauvons le Congo ». A cette pensée, monsieur Martin Fayulu a eu difficile à retenir quelques larmes… Une véritable révolte intérieure. 
  • La nécessité du départ du pouvoir de monsieur Joseph Kabila, au plus tard le 19 décembre 2016, et donc l’obligation pour les forces du changement d’accéder au pouvoir pour enfin développer la RD Congo, au vu des ses potentialités énormes, et au profit de chaque citoyen. 

À voir le nombre impressionnant de questions posées, l’auditoire voulait assouvir une grande soif d’informations, de la bouche de quelqu’un qui agit quotidiennement sur terrain. Hélas, par moments, les questions allaient dans toutes directions. 

Ce qui poussera Paul Nsapu, Secrétaire Général de la FIDH, présent dans la salle d’interpeller les Congolais que nous sommes sur le rôle que chacun de nous doit jouer dans cette phase décisive du processus démocratique de la RD Congo : « Que chaque Congolaise et chaque Congolais soit l’œil et l’oreille de la dynamique du changement, que toute information des dérives dictatoriales du clan Kabila soit dénoncée et portée à la connaissance des défenseurs des droits de l’homme qui s’attèlent actuellement à ficeler des dossiers lourds pour tous ceux qui se pavanent aujourd’hui à la tête du pays, au mépris des droits les plus élémentaires de l’homme et du citoyen. » il suggérera : Le passage à Bruxelles d’un acteur politique comme Fayulu devait être rentabilisé en abordant les problèmes de la nation d’une façon plus pointue. 

Monsieur Martin Fayulu adressera un grand satisfecit aux Congolais vivant à l’étranger, pour les différentes actions qui ont démystifié le pouvoir de monsieur Joseph Kabila. Il ajoutera : « Ce n’est pas suffisant ». Les Congolais de l’étranger devraient s’organiser pour devenir un véritable observatoire du processus démocratique en RD Congo, grâce à une division savante du travail, et une grande mobilisation des énergies humaines et de moyens. 

La plate-forme « sauvons le Congo » dont fait partie Martin Fayulu a été le fer de lance du réveil du citoyen Congolais qui a pu exercer son droit selon l’article 64 de la constitution, le 19, 20 et 21 janvier 2015 en descendant dans la rue pour barrer la route au projet funeste de la loi Boshab. Cette loi inique cherchait sans plus ni moins à faire glisser le calendrier électoral pour que monsieur Joseph Kabila reste au pouvoir au-delà du 19 décembre 2016, à l’image de ce que Kengo et ses sénateurs ont pu réussir en s’octroyant tout un mandat non électif ! 

Le passage de Martin Fayulu n’est qu’une étape d’une longue tournée commencée aux Etats-Unis sur invitation du congrès américain, qui se poursuivra à Paris ce samedi 28 février 2015.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire