MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

jeudi 5 mars 2015

Nana Wax : de Facebook à une boutique

Le Monde Afrique 
04/03/2015 
Par Diane-Audrey Ngako

Maureen Ayité, fondatrice de Nana Wax 
Crédits Mayeul Akpovi

En 2008, Maureen Ayité est une jeune étudiante en langues à Paris de 19 ans. Passionnée de mode, elle décide d’ouvrir un groupe Facebook, à l’époque les pages n’existaient pas encore. Elle partage aux abonnés de son groupe des idées de looks de modeuses en tissu africain. Deux années plus tard, elle crée la page Facebook « J’aime le pagne de chez moi » toujours dans la même ligne éditoriale : présenter le tissu africain sous différentes coutures. 

Timide, elle profite de cette page pour présenter ses propres créations et les réactions ne tardent pas à arriver : « Où est ce que l’on peut acheter cette robe ? Vendez-vous vos réalisations ? Pouvons-nous les commander ? » Autant de questions qui lui ont donné envie de sauter le pas. Malgré tout, Maureen Ayité patiente, le temps de valider sa licence. En novembre 2012, elle rentre à Cotonou et décide de créer sa première collection avec ses 700 euros d’argent de poche.

Une boutique dans le centre-ville de Cotonou 
En début 2013, elle commence par faire de petites ventes privées de créateurs à Paris avec une vingtaine de produits. Très vite, le succès arrive et elle passe à une centaine de produits. Aujourd’hui, elle ne participe plus aux ventes privées de créateurs mais organise les siennes. 
« À l’époque, lorsque j’ai commencé, je n’avais pas autant de choix de produits. Une cliente qui venait m’acheter une robe voulait les chaussures que ma voisine vendait. Aujourd’hui, Nana Wax propose des vêtements, des accessoires, des chaussures pour femmes mais aussi pour hommes et enfants. Je souhaite que les gens s’habillent de Nana Wax de la tête aux pieds », explique-t-elle
Maureen Ayité, fondatrice de Nana Wax
Crédits : Mayeul Okpovi

Un an après avoir osé le pari, Maureen Ayité a ouvert une boutique de 1 500 mètres carrés dans le centre-ville de Cotonou. Accompagnée de ses seize employés, elle assure la mise à jour constante du stock de la boutique, les ventes privées en Afrique et à l’étranger. Avec un chiffre d’affaires de plus de 150 000 euros, Nana wax ouvrira trois nouvelles boutiques cette année, à Lomé, en République du Congo et à Mayotte. 

Lorsqu’on lui demande si elle n’a pas peur de la concurrence, elle répond : 
« Non, la concurrence stimule. Tous les jours les marques arrivent sur le marché de la mode afro, mais très peu réussissent à durer car peu persévérante ». 
Malgré un environnement souvent difficile pour l’entrepreneuriat, des impôts de l’ordre de 40 % à 60 % du chiffre d’affaires, les coupures d’électricité, Maureen Ayité préfère voir le verre à moitié plein en se concentrant sur sa marque. 
Diane-Audrey Ngako 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire