************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

samedi 25 avril 2015

RDC: un militant de Filimbi devant la justice après 40 jours de prison

RFI
24/04/2015 

Capture d'écran du site de Filimbi

En RDC, après 40 jours de détention par les services de renseignements congolais, Yves Makwambala a été présenté au Parquet vendredi 24 avril. Cet infographiste ainsi que six autres membres de l’association Filimbi avait été arrêtés après avoir organisé une rencontre avec des militants sénégalais et burkinabé de Y en a marre et du Balai citoyen, il y a plus d’un mois. 

C’est affaibli, moralement et physiquement qu’Yves Makwambala est apparu devant le procureur, raconte son avocat qui a pu le rencontrer pour la première fois vendredi. Après plusieurs heures d’attente il n'y a pas eu d’inculpation, l’instruction de son dossier devrait avoir lieu dans la matinée de samedi.

Après 40 jours de détention par les services de renseignement congolais, le jeune infographiste qui avait réalisé le site internet de l’association Filimbi, devrait donc savoir samedi s’il est inculpé ou libéré. Un autre militant Fred Bauma, du mouvement lutte pour le changement, également arrêté le 15 mars dernier reste détenu : c’est le dernier à ne pas encore avoir été présenté devant un juge. 

Rapport parlementaire 
Les quinze députés mandatés par le Parlement pour s’informer sur la procédure en cours, ont finalement terminé leur rapport mercredi. Leur principale conclusion, selon des sources concordantes, serait que le procureur traite le dossier Filimbi avec célérité, car après une semaine d’entretiens avec tous les services concernés, les députés n’ont trouvé aucun élément à charge dans le dossier de ces militants détenus depuis plus d’un mois. 

Le rapport des parlementaires doit maintenant être soumis au président de l’Assemblée nationale, puis à l’ensemble des députés, avant d’être débattu en plénière, peut-être en fin de semaine prochaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire