MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 26 mai 2015

Des masques africains géants exposés pour la première fois

Lavenir.net 
12/05/2015



Le mukanda est un masque géant utilisé lors d’une initiation masculine séparant adolescence et âge adulte chez les Yaka et les Suku. Ils sont exposés pour la première fois au Musée BELvue, par le Musée Royal de l’Afrique Centrale. 

Des masques géants du Congo sont à découvrir gratuitement du 13 mai au 8 novembre au musée BELvue. L’exposition présente des masques utilisés lors d’une initiation masculine, le mukanda, chez les Yaka et les Suku, populations du sud-ouest de la République démocratique du Congo. La majorité des objets n’a jamais été exposée au public. L’initiative résulte d’un partenariat entre le musée BELvue et le Musée Royal de l’Afrique Centrale, qui ne peut pas exposer ces pièces en raison de travaux de rénovation. 


Le rituel mukanda s’étendait du sud de la RDC jusqu’au nord ouest de l’Angola et au nord de la Zambie. Les adolescents étaient séparés de leurs parents durant plusieurs mois voire des années, pour camper dans le désert, de sorte à développer leur résistance et apprendre les règles de la vie en communauté. 

Grands et rares 
Les missionnaires jésuites ont collecté ces masques et la première partie de l’exposition revient sur ce contexte historique, tout en dressant le portrait de quelques jésuites-collecteurs. 

Un second espace fournit plus d’explications sur le rituel mukanda à l’aide des masques exposés.

La troisième et dernière partie est le point phare de l’exposition car de grands et rares masques appelés kakuungu y sont présentés. 

Les pièces sont issues en partie des collections du Musée Royal de l’Afrique Centrale et de celles des jésuites belges.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire