************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

lundi 20 juillet 2015

La Prospérité : «L’indépendance de la Ceni en danger, Elections locales, les points de blocage !»

Radio Okapi 
20/07/2015

Revue de presse kinoise de lundi 20 juillet 2015.

En avant plan, un operateur de la CENI
entrain d'enregistrer un homme venu
pour obtenir une nouvelle cartre
 d'électeur ce 7/05/2011 à Kinshasa.
Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
Il y a tellement des problèmes à résoudre que l’organisation des élections locales et municipales, le 25 octobre prochain, devient hypothétique. C’est ce qu’estime La Prospérité qui titre : «l’indépendance de la Ceni en danger, Elections locales, les points de blocage !» 
Le journal note que la Ceni subit trop de pressions à tel point que son indépendance se trouve menacée. Les pressions les plus fortes sont à mettre sur le compte du Gouvernement de la République. 
Pour répondre à une exigence politique du Gouvernement, la Ceni est obligée de revoir ses calculs dans la fiabilisation du fichier électoral et la stabilisation des cartographies opérationnelles des sites de vote, ajoute le quotidien qui souligne que cette exigence a pour but de relocaliser les électeurs dans leurs milieux de résidence. 
« Pour faciliter l’organisation des élections municipales et locales, le Gouvernement devrait procéder au retrait de treize Décrets du Premier Ministre, pris le 13 juin 2015, portant création des villes, communes rurales et autres entités », écrit La Prospérité, qui s’interroge : comment expliquer cette volte-face à la population ? 

Une autre question à ce sujet, est celle que se pose L’Avenir à la une : « Décrets Muzito, faut-il les abroger ? » Jugés porteurs de germes de conflits, ces décrets doivent être retirés, selon certains acteurs politiques, révèle le quotidien.
Pour L’Avenir, une fois ce travail fait, il permettrait de prendre un nouvel acte juridique, appelé annexes à la loi électorale, pour faciliter la relocalisation des électeurs dans leurs milieux de résidence et faciliter ainsi l’organisation des élections municipales et locales conformément au calendrier électoral actuellement en vigueur. 

Abordant la même question, Le Phare titre : « ça chauffe entre la CENI et le gouvernement ! » 
Manifestement, écrit Le Phare, l’exécutif national ne veut pas prendre le risque de remettre en cause les statuts reconnus à de nouvelles entités érigées aujourd’hui en villes et cités, à la grande joie des populations du Congo profond. Et, du côté de la Ceni, on a bien compris le piège et on se garde de se hasarder sur un terrain fort glissant. 
Le Phare ajoute que l’autre difficulté à laquelle est confrontée la CENI se trouve être la collecte des données de terrain devant lui permettre de procéder à la répartition des sièges pour les élections locales, municipales et urbaines. 
« Compte tenu du découpage territorial, avec sa mosaïque de nouvelles provinces, villes et cités, pareil travail devrait consommer trois mois ou plus. Par conséquent, même si la volonté de faire quelque chose était là, la fameuse « Annexe » à la Loi électorale ne pourrait être ficelée avant la fin de la session extraordinaire du Parlement », peut-on lire dans les lignes du journal Le Phare. 

Forum des As signale de son côté: « L’audit du fichier électoral de la RDC lancé à Kinshasa ». 
La mission internationale d’audit du fichier électoral de la République Démocratique du Congo a ouvert ses travaux vendredi, 17 juillet 2015 à Kinshasa, sous la direction du général malien Siaka Sangage de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). 
En présence des membres du bureau de la Ceni et du secrétaire exécutif national, les membres de la mission d’audit du fichier électoral congolais sont appuyés par une poignée d’observateurs nationaux et internationaux dûment désignés par la Société civile, la Majorité et l’Opposition parlementaires, les indépendants et l’opposition extra-parlementaire. 

Dans un autre chapitre, L’Avenir signe: « L’UE et la RDC ensemble contre le changement climatique ». Selon le quotidien, L’Union européenne et la RDC ont examiné, samedi dernier, la question importante du changement climatique. 
Les deux parties ont convenu d’unir leurs forces pour assurer le succès de la Conférence des Nations unies en décembre prochain à Paris. 
Le quotidien rapporte que Kinshasa va déposer sa contribution au Bureau de la Convention des Nations Unies sur le changement climatique au plus tard le 15 août prochain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire