************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 22 juillet 2015

L’Avenir: «Affaire Maitre Bondo-Asemblée nationale, la Cour constitutionnelle rejette la requête»

Radio Okapi 
22/07/2015

Revue de presse kinoise du 22 juillet 2015.

Audience publique à la Cour
constitutionnelle à Kinshasa,
le 21/07/2015.
Radio Okapi/Ph. John Bompengo
L’arrêt de la Cour constitutionnelle sur l’affaire qui oppose Me Richard Bondo à l’Assemblée nationale a intéressé plusieurs journaux parus ce mercredi dans la capitale congolaise. 

L’Avenir titre: «Affaire Maitre Bondo-Asemblée nationale, la Cour constitutionnelle rejette la requête». Le quotidien cite Me Richard Bondo qui, dans sa requête, reprochait au président de la chambre basse du Parlement d’avoir rejeté sa candidature alors qu’elle a été retenue par ses pairs. 
Pour Me Richard Bondo, indique le tabloïd, l’Assemblée nationale avait violé l’article 121 de la constitution en entérinant la liste de 20 candidats de huit thématiques de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) par vote à main levée. 
L’Avenir souligne que la requête de Me Richard Bondo, introduite le 6 avril dernier, a été déclarée recevable quant à la forme, mais non fondée pour non-respect de l’article 16 de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CNDH. 
Etant donné que les arrêts de la Cour constitutionnelle sont irrévocables, elle a déclaré conforme la résolution de l’Assemblée nationale, et que cette dernière n’a violé aucune disposition constitutionnelle ni réglementaire, rapporte le quotidien. 

La Prospérité explique que selon les prescrits de l’article 16 de la loi organique de la CNDH, les membres de cette commission sont choisis par l’Assemblée nationale sur une liste de deux personnalités par groupe. Les femmes sont désignées par leurs pairs, le représentant des confessions religieuses sont choisis par l’Assemblée nationale sur une liste de quatre personnalités désignées par leurs membres, poursuit La Prospérité.
Le quotidien rapporte que le requérant Richard Bondo s’est plié volontairement aux exigences du processus de désignation des membres de la CNDH par une sélection interne à travers le Comité d’accompagnement de sa composante, d’abord et ensuite, à travers la concertation de différents délégués de la société civile. 

Forum des As change de chapitre et annonce: «Découpage, élections des gouverneurs, quinze nouvelles provinces bloquées». Le quotidien fonde sa crainte sur le fait que les Cours d’appel chargées de connaître le contentieux électoral des scrutins des gouverneurs n’existent pas encore et que le pouvoir central aurait mieux fait d’installer d’abord ces juridictions avant toute élection. 
Forum des As souligne également que les vingt-six provinces de la RDC sont une réalité juridiquement et note par ailleurs que l’avènement effectif de ces nouvelles provinces passe par la mise sur pied des Assemblées provinciales. 
Le journal indique que les Assemblées de vingt et une nouvelles provinces seront suivies de l’élection des gouverneurs qui doivent être élus au second degré par les députés provinciaux. Cette élection tombe sous le coup des dispositions de la loi électorale. 
Or, la procédure de l’élection du gouverneur de province prévoit, à chaque étape, pour une éventuelle contestation un recours devant la Cour d’appel section administrative, poursuit le quotidien. 

De son côté, Le Phare revient sur l’insécurité qui persiste dans la partie Est du pays. 
Le quotidien titre: «ADF, suspecte épine au pied de la RD Congo». 
Plus d’une année après le déclenchement de l’opération «Sukola1» par les Forces armées de la RDC (FARDC) contre les ADF, Le Phare a la nette impression que cette rébellion plie, à l’image du roseau sous la poussée du vent, mais ne «rompt pas». 
C’est intriguant que cette force négative rebondit mécaniquement chaque fois qu’elle se trouve sur le point d’être anéantie par l’armée nationale congolaise, constate le quotidien. 
Le Phare signale aux dernières nouvelles que les FARDC ont dû déployer l’artillerie lourde contre les ADF pour les déloger de leur forteresse de Mutara, à environ 45 kilomètres de la ville de Beni.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire