MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 17 novembre 2015

RDC: une manifestation d’étudiants dégénère

RFI 
16/11/2015

Véhicules de l'administration brûlés par les étudiants 
de l'Institut national du bâtiment et des travaux publics (INBTP) 
au cours d'une manifestation qui a dégénéré, ce lundi 16 novembre 2015, 
à Kinshasa, en affrontements avec la police. 
RFI/Sonia Rolley 

En République démocratique du Congo, l’Institut national du bâtiment et des travaux publics (INBTP) à Kinshasa a été le théâtre d'une explosion de colère ce lundi matin. Une manifestation des étudiants a dégénéré en affrontements avec la police. En cause, la perspective d’une augmentation des frais de scolarité et frais connexes ainsi que le délogement musclé de certains jeunes des résidences universitaires. 

Pneus et voitures de l’administration brûlés, jets de pierre… Les étudiants de l’INBTP ne cachaient pas leur colère ce lundi matin. La police est intervenue une première fois et, de source policière, certains agents ont même été brièvement séquestrés par les jeunes. « Ne vous approchez pas, ils vont vous attaquer », prévenait même un officier qui se trouvait aux abords. 

« On voulait juste manifester, défiler un peu et ils nous en ont violemment empêché », expliquait, pour sa part un étudiant. « Il faut voir dans quelles conditions on vit ici, la coupe est pleine », a-t-il ajouté. Les jeunes tiennent alors à faire visiter les résidences universitaires, dans un état déplorable, à la limite de l’insalubrité.

La suite sur RFI

Lire aussi :

Kinshasa: retour au calme après une grogne des étudiants de l’INBTP

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire