************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 22 janvier 2016

La Prospérité : «Bruxelles : le dialogue suspendu à la rencontre Tshisekedi - Edem Kodjo»

Radio Okapi 
22/01/2016

Revue de presse du vendredi 22 janvier 2016

Etienne Tshisekedi, président de l’UDPS à Bruxelles en 2010. 
Photo udps.be  

Les quotidiens titrent ce vendredi 22 janvier sur la rencontre entre Edem Kodjo et Etienne Tshisekedi et la qualification des léopards en quarts de finale du Chan. 

La Prospérité relève la rapidité avec laquelle Edem Kodjo a mené les consultations avec les acteurs et institutions de la RDC. 
En moins de trois jours, indique le journal il a rencontré, dans le cadre des Consultations pré-dialogue, le Président Joseph Kabila, le Président de l’Assemblée nationale, la direction de la CENI et d’autres acteurs politiques, à l’exception de la Dynamique et du G7, opposés à toute idée de dialoguer avec le pouvoir au sujet des élections. 
Après Kinshasa, Edem Kodjo doit aller échanger avec Etienne Tshisekedi, président national de l’UDPS, à Bruxelles où il se refait la santé depuis plus d’une année. Au regard des similitudes dans la lutte politique de ces deux personnalités, une entente est possible, suppose le journal.
Selon le quotidien, A Kinshasa, les pro-dialogue sont suspendus aux conclusions des Consultations que mène le Facilitateur togolais à Bruxelles auprès d’Etienne Tshisekedi. 
La prospérité qui établit certaines similitudes entre les deux personnalités indique que les deux hommes sont présents sur la scène politique en Afrique depuis plusieurs décennies. 
Depuis 2009, Edem Kodjo, à 71 ans, a mis fin à sa carrière politique. 
Par contre, Etienne Tshisekedi, 84 ans, un peu affaibli, poursuit son combat politique, rappelle le quotidien. 

« Consultations pour le Dialogue : Kabila, Djinnit, Cenco, Ceni, Nonce Apostolique, Kodjo… c’est trop », titre Le Phare. Pour ce journal, les Congolais attendent, depuis six mois, l’organisation du dialogue national devant redéfinir les contours du processus électoral présentement en panne. 
Le journal constate qu’il y a six mois, tout portait à croire que le président de la République, Joseph Kabila, garderait l’exclusivité de la consultation des candidats et non-candidats à la participation à cette « Table ronde ». Mais aujourd’hui, force est de noter que le cercle des « consultants » s’est fortement élargi avec respectivement Saïd Djinnit (envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies dans les Grands Lacs), la Conférence Episcopale Nationale du Congo (Cenco), la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), le Nonce Apostolique et Edem Kodjo (représentant de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine), rappelle Le Phare. 
Il y a lieu d’avouer que c’est trop pour un forum national qui aurait dû être placé sous le sceau de l’urgence. C’est à croire qu’il ne prendra jamais corps alors que tout le monde le juge incontournable pour la survie de l’Etat-Nation, conclut le quotidien kinois. 

L’Avenir croit savoir que la semaine du lundi 25 janvier est très décisive pour la République Démocratique du Congo pour plus d’un titre. 
En effet, révèle le journal, les 15 ambassadeurs des pays membres du conseil de sécurité des Nations Unies sont arrivés le jeudi 21 janvier 2016 dans la capitale Burundaise pour une visite de 48 heures. 
Étape qui amènera ces 15 diplomates internationaux à Addis-Abeba, capitale éthiopienne à la réunion consacrée exclusivement à la situation qui prévaut en République démocratique du Congo. 
Le dialogue politique national inclusif, le processus électoral et le renouvellement du mandat de la Monusco seront au menu de la rencontre entre les représentants du Conseil de sécurité des Nations Unies et ceux de l’Union Africaine, annonce le journal. 
La République Démocratique du Congo attend de ces deux grandes organisations des réponses techniques à la situation de l’heure, d’autant plus que l’ONU et l’UA ont dépêché leurs envoyés spéciaux en Rd Congo qui ont échangé tant avec la Majorité au pouvoir, qu’avec l’opposition, conclut le journal. 

La Prospérité rend hommages aux Léopards de la RDC qui se sont qualifiés sans donner des migraines aux supporters et titre : « Chan Rwanda 2016 : Les Léopards en quart de finales sans calcul ». Ils n’ont pas attendu la troisième journée pour se qualifier avec calcul comme on l’a toujours prétendu dans les milieux sportifs. Les Léopards de la République Démocratique du Congo version Chan Rwanda 2016, se sont qualifiés dès la deuxième journée après leur écrasante victoire devant les Palancas Negras de l’Angola, jeudi, 21 janvier 2016, à Huye Stadium de Butare. 
En attendant d’être fixé pour l’adversaire de quart de finale, dont les matchs se joueront le samedi, 30 janvier, à Amahoro, les Léopards affrontent les Lions Indomptables du Cameroun le lundi, 25 janvier, pour la troisième journée, annonce le journal. 

Pour Forum des AS, au dernier match du groupe B, la RDC et le Cameroun vont se disputer la première place. 
La victoire des Congolais face aux Angolais permet aux Léopards de travailler déjà pour, les quarts de finale. Ils n’attendent que le troisième match pour engranger ne serait-ce qu’un nul et se placer en première position du groupe A. 
Une solution adéquate pour éviter le pays organisateur, le Rwanda, qui dispose déjà de six points dans son compteur, analyse le journal. 
L’agence Congolaise de presse(ACP) fait parler l’entraîneur Florent Ibenge sur la technique mise en place pour contrer l’Angola. 
«Il fallait un milieu récupérateur et deux latéraux pour empêcher les Angolais de monter dans les couloirs extérieurs», répond Florent Ibenge. 
Pour le technicien congolais dont les propos sont rapportés par l’AFP, «l’équipe a faibli en deuxième mi-temps simplement parce que l’adversaire est monté plus haut et les Léopards avaient instinctivement reculés…. C’est un manquement, il faut qu’on apprenne à conserver le ballon. Ce sont des choses qu’on doit réparer», a promis le sélectionneur de la RDC.

Lire aussi :

RDC : rien ne va plus à l’UDPS de Tshisekedi

Promotion d’un dialogue politique national inclusif : la Rdc se félicite du soutient de l’Ua, de l’Onu et de la Cenco

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire