************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 2 février 2016

Affaire Bemba: la CPI rendra son verdict le 21 mars 2016

Radio Okapi
02/02/2016

L'ancien vice-président de la RDC, Jean-Pierre Bemba, 
lors de l'ouverture de son procès pour subordination 
de témoins le 29 septembre 2015 à la CPI. (Photo CPI) 

L’ancien vice-président de la RDC, Jean-Pierre Bemba, poursuivi devant la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes prétendument commis par les troupes de son ancienne rébellion (MLC) en Centrafrique sera fixé sur son sort le 21 mars prochain à 14 heures (heure de la Haye). 

La chambre de première instance III de la CPI a annoncé ce mardi 2 février la date de l'audience publique au cours de laquelle sera rendu le verdict dans l'affaire Le Procureur c. Jean-Pierre Bemba Gombo. 

Cette audience sera retransmise en direct sur le site Internet de la CPI. Le verdict sera lu en public et peut soit acquitter soit condamner l'accusé, indique la cour sur son site Internet. 

De la Centrafrique à la Haye
Les crimes pour lesquels Jean-Pierre Bemba est poursuivi à la Haye auraient été commis en Centrafrique entre 2002 et 2003. A l’époque, M. Bemba était à la tête d’une rébellion, le MLC, qui avait envoyé ses miliciens combattre la rébellion qui menaçait le président centrafricain d’alors Ange Felix Patassé. 

Jean-Pierre Bemba est ainsi accusé des viols, meurtres et pillages qu’auraient commis ses soldats. 

C’est depuis 2008 qu’il est détenu dans une prison de la CPI à la Haye. 

Durant le procès, l’accusation a soutenu que les soldats qui ont commis des atrocités en Centrafrique ont été sous l’autorité et le commandement effectif de Jean-Pierre Bemba. 

La défense soutient, en revanche, que depuis son quartier général à Gbadolite, l’ancien vice-président arrivé deuxième lors de la présidentielle de 2006 en RDC, ne pouvait contrôler des troupes déployées de l’autre côté de la frontière. Selon elle, ces troupes avaient été placées sous le contrôle des forces armées centrafricaines. 

C’est le verdict de cette affaire qui est attendu le 21 mars prochain.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire