************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 17 février 2016

Le projet Bukanga Lonzo licencie 140 travailleurs non compétitifs

Radio Okapi
15/02/2016

Champ de maniocs de l’industrie agropastorale de Bukanga Lonzo
 en RDC dans la province du Bandundu le 5/03/2015 
lors de la première récolte lancée par le Président Joseph Kabila. 
Radio Okapi/Ph. John Bompengo 

La directrice générale du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo, Ida Kamonji Naserua, a indiqué que les cent quarante agents travailleurs licenciés, qui vont bénéficier de leurs indemnités de fin de service, ne sont plus compétitifs pour la deuxième phase du projet Bukanga Lonzo devant commencer sous peu, sans donner les précisions sur la date du début de cette nouvelle phase. 

«Il s’agit des temporaires ou des journaliers qui travaillaient chez nous pour lesquels nous n’avons plus des tâches, parce que nous passons à une deuxième phase au niveau de Bukanga Lonzo ; étant donné que d’ici quelques semaines, nous allons avoir de l’électricité sur le parc et que nous passerons à un autre type de travail pour lequel d’ailleurs nous allons pouvoir faire un appel d’offre ou publier les postes vacants à remplir au niveau de BCECO [Bureau centrale de coordination] qui nous aide toujours à trouver nos travailleurs», s’est justifiée madame Ida Kamonji Naserua.

Pour la directrice générale du parc agroindustriel de Bukanga Lonzo, cette décision n’est pas une sanction vis-à-vis de travailleurs qui ont réclamé un contrat à durée indéterminée. 

«En réalité, ils étaient 300 et il y a 160 qui ont été retenus. Les 140 que nous allons remercier sont ceux qui ne remplissent pas les conditions pour le type des tâches que nous [aurons] à la deuxième phase du parc », a-t-elle argumenté. 

Les travailleurs de Bukanga Longo avaient déclenché un mouvant de grevé dans la première semaine du mois de février pour revendiquer la signature des contrats stables, après plus d’une année de travail comme journaliers. Ils dénonçaient aussi le traitement discriminatoire entre le personnel expatrié et les nationaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire