MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 9 février 2016

RDC: pas d’amélioration économique significative attendue en 2016

Radio Okapi 
08/02/2016

Le gouverneur de la Banque centrale du Congo, 
Deo gracias Mutombo Mwana Nyembo 
le 27/11/2014 à Kinshasa lors de la clôture de la 20e réunion 
du comité des gouverneurs des banques centrale 
du Marché commun de l’Afrique de l’Est et Australe(Comesa). 
Radio Okapi/Ph. John Bompengo 

Les perspectives économiques de la RDC ne devraient pas s’améliorer significativement en 2016. Le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Déogratias Mutombo, l’a fait savoir samedi 6 février à la presse lors de la clôture de la première réunion du comité de politique monétaire de cette institution bancaire en 2016. 

En 2015, le taux de croissance économique de la RDC avait connu un recul de 1,8%, s’établissant à 7,7% contre 9,5% en 2014. 

Deogratias Mutombo estime que la situation n’est pas prête de s’améliorer en 2016 à cause notamment de la baisse des cours des matières premières.

Une situation qui a rendu les chefs d’entreprise moins confiants par rapport aux investissements en RDC, explique-t-il. 

Leur indice de confiance a affiché -4,9% en janvier 2016 contre -2,7 en décembre 2015. 

Selon le gouverneur de la BCC, le ralentissement de l’économie de la RDC s’explique aussi par l’absence de mécanismes de diversification des sources des revenus. 

Pour lui, la solution à ce problème passe par l’appui au secteur agricole, en privilégiant la productivité et la transformation des produits pour plus des valeurs ajoutées. 

A l’en croire, l’agriculture emploie plus de 60% des Congolais. D’ailleurs, argumente-t-il, la lutte contre la pauvreté passe par l’amélioration des revenus agricoles.​

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire