************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 16 août 2016

Forum des As: « Beni : le G7 plaide pour plus de moyens aux FARDC »

Radio Okapi 
16/08/2016

Revue de presse du mardi 19 août 2016

Les leaders du G7 lors de la signature de l'acte constitutif 
de leur plateforme politique à Kinshasa le 10/10/2015. 
(Ph. Steve Wembi)  

Les tabloïds kinois relaient les réactions et propositions des acteurs politiques et de la société civile pour mettre fin aux tueries des civils de Beni. 

Au lendemain du massacre de Beni, la plateforme politique «G7» condamne ce crime qualifié d’acte odieux et barbare, indique Forum des As. 
Le quotidien fait remarquer que ce regroupement de l’Opposition, tout en appréciant les efforts réalisés et les sacrifices consentis par les FARDC ainsi que les troupes de la Monusco pour ramener la paix dans cette partie de la République, déplore cependant la persistance de ces tueries cycliques depuis plusieurs années. 
Cette plateforme plaide pour plus de moyens aux FARDC et pour plus de coopération avec la Monusco. Le G7 invite tous les Congolais à la solidarité nationale, conclut le tabloïd. 

Pour La Prospérité, le G7 place le Gouvernement devant ses responsabilités avec les tueries de Beni.
Cette plateforme demande au gouvernement congolais de créer les conditions favorables à l’engagement de la Brigade spéciale d’intervention de la Monusco dans la région de Beni, comme cela fut cas en Ituri. 

Le Phare qui relaie la réaction de la plateforme l’Alternance pour la République (AR), considère que ces crimes odieux touchent la conscience nationale et la moralité de l’humanité tout entière. 
L’AR demande à la Cour Pénale internationale (CPI)de lancer immédiatement une enquête, au regard de plusieurs rapports déjà documentés, en vue d’identifier les auteurs, pour qu’ils répondent de leurs actes devant la justice. 

« Massacres de Beni : la réponse de Joseph Kabila », titre pour sa part L’Avenir
Le journal renseigne que le président joseph Kabila, en séjour dans cette partie du pays, préside ce mardi 16 août, une réunion de sécurité à Goma, afin d’arrêter un train de mesures, susceptibles de mettre un terme à ce climat d’insécurité. 
Le quotidien rappelle que « pour éviter les infiltrations des islamistes ougandais qui n’hésitent pas à se présenter en tenues des FARDC pour semer la confusion, le commandement de l’opération Sukola a déjà proposé les nouvelles tenues qui ne seront portées que par les militaires qui opèrent dans le secteur opérationnel « Grand Nord ». » 

L’Agence congolaise de presse (ACP) révèle que le premier ministre Augustin Matata Ponyo a quitté Kinshasa lundi à destination du territoire de Beni Nord-Kivu pour se rendre compte de l’évolution de la situation après le massacre le weekend. 

Dans un autre registre, la presse de Kinshasa commente la création du parti de Bruno Mavungu, ancien secrétaire général de l’UDPS destitué par Etienne Tshisekedi, le président de ce parti. 

L’ancien secrétaire général du parti d’Etienne Tshisekedi, fraichement révoqué, se hisse à la tête parti politique qu’il vient d’initier : l’Union des Démocrates pour la Renaissance du Congo (UDRC), annonce La Prospérité

Forum des As rend compte d’une bataille rangée qui a opposé lundi 15 août, dans la matinée, les partisans de l’ancien Secrétaire général du parti, Bruno Mavungu, aux fidèles d’Etienne Tshisekedi au siège même de ce parti aux environs de 11 heures, avant la conférence de presse de Bruno Mavungu. Les fidèles d’Etienne Tshisekedi n’ont pas du tout accepté que les locaux abritant la permanence de leur parti soient encore au service de l’ancien secrétaire général qui tenait à y animer « sa » conférence de presse, indique le jopurnal. 
Etant donné que "la direction du parti ne maîtrisait ni les tenants et ni les aboutissants de la démarche de Bruno Mavungu", il a fallu déloger l’ex-SG et plusieurs dizaines des « combattants » acquis à sa cause », rapporte le quotidien. 
C’est dans cette ambiance d’insécurité que Bruno Mavungu, escorté par des dizaines de ses inconditionnels, a pu quitter la permanence de l’UDPS pour poursuivre sa conférence de presse loin des troubles, sur l’avenue Victoire, dans la commune de Kalamu. 
C’est de là qu’il a officiellement annoncé son départ définitif de l’UDPS " pour des raisons que vous connaissez ", conclut le tabloïd.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire