************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 17 août 2016

La Tempête des tropiques : «Beni : Les autorités indésirables »

Radio Okapi 
17/08/2016

Revue de presse du mercredi 17 août 2016

Le premier ministre, Matata Ponyo Mapon et les membres de son gouvernement 
le 15/04/2013 au palais du Peuple à Kinshasa, 
lors d’une plénière à l’assemblée nationale. Radio Okapi/Ph. John Bompengo  

Le journal Tempête des tropiques commente la réaction de la population de Beni, vis-vis des autorités gouvernementales dépêchées dans cette ville après les tueries du week-end dernier. 
Quatre jours après les massacres de la population civile à Rwangoma par les ADF, les autorités gouvernementales sont indésirables dans cette partie du Nord-Kivu, rapporte La Tempête des Tropiques. La population a exigé, du premier ministre Augustin Matata, la révocation du vice premier ministre et ministre de l’intérieur et sécurité ainsi que celui de la défense nationale pour n’avoir pas accompli leurs missions, indique le tabloïd. 
Le journal, qui cite le magazine Jeune Afrique, rapporte que la plupart des familles des victimes de Beni ont enterré leurs morts sans attendre les obsèques officielles. Elles reprochent au pouvoir de n’avoir pas empêché cette tuerie qui a fait 51 morts, selon la société civile.
Pourtant, les autorités avaient été alertées par la population de ce village, conclut La Tempête des tropiques. 

Les journaux de Kinshasa commentent aussi la réaction de Charles Mwando Nsimba, l’un des leaders de la plate-forme de l’opposition G7, accusé de détenir la nationalité belge en concurrence illégale avec celle de la RDC. 

Membre fondateur du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), député national, ex-ministre de la défense, ancien premier vice-président de l’Assemblée Nationale, Charles Mwando confirme détenir une seule et unique nationalité congolaise, conformément à la Constitution, rapporte La Prospérité. Cela, depuis 2007, année au cours de laquelle, il avait renoncé à sa nationalité belge, indique le journal. 
Il a brandi l’acte de renonciation à la presse mardi 16 août, au cours d’une séance de mise au point tenue au siège du G7, précise le quotidien. « Une fois devenu Président de la Commission Politique Administrative et Juridique (PAJ) de la Chambre Basse du Parlement, le débat autour de la notion de nationalité l’en détermina autrement. Car, à l’unanimité, il avait été levé l’option pour tous ceux qui sont aux fonctions importantes ou ceux qui y aspirent, d’avoir une et unique nationalité congolaise. C’est sur base de cette disposition qu’il se décida de se rendre à l’Ambassade de Belgique en RDC pour renoncer à la nationalité de ce pays », conclut le tabloïd. 

Forum des As, fait remarquer que depuis donc 2007, Charles Mwando porte une seule nationalité : congolaise. « La preuve, je viens d’avoir un visa britannique de six mois. Si j’étais belge, je n’aurais pas besoin d’un visa britannique », s’est justifié le président du G7. 
Charles Mwando Nsimba estime que la recherche des personnalités ayant une double nationalité doit continuer afin que tout le monde exhibe sa nationalité jusqu’au plus haut niveau de l’Etat. 

« Consultations avant dialogue : la Cenco note des avancées prometteuses », titre Forum des As dans un autre chapitre. Selon Mgr Marcel Utembi, dont les propos sont relayés par le journal, tout le monde estime que ce dialogue peut être porteur d’un avenir meilleur pour la nation et qu’il il faut continuer. Les acteurs politiques et ceux de la société civile ont pris la ferme résolution, l’engagement d’aller de l’avant, rapporte le journal.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire