************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 12 août 2016

La Prospérité: « UDPS : Tshisekedi destitue Mavungu ! »

Radio Okapi 
12/08/2016

Revue de presse kinoise du vendredi 12 août 2016

Bruno Mavungu, secrétaire national de l’UDPS 
le 26/11/2013 à Kinshasa, lors d’une conférence de presse. 
Radio Okapi/Ph. John Bompengo 

La Prospérité annonce la nomination du nouveau secrétaire général de l’UDPS d’Etienne Tshisekedi. L’opposant historique a nommé Jean Marc Kabund-a-Kabund nouveau secrétaire général de son parti, en remplacement de Bruno Mavungu. 
Selon le journal, le nouveau secrétaire général de l’UDPS est un meneur d’hommes. Son profil répond parfaitement à ce dont l’UDPS a besoin par ces temps qui courent, commente le quotidien. 
Spécialiste en questions électorales, écrit La Prospérité, Kabund-a-Kabund a une maîtrise en informatique de gestion et de réseaux, en management, organisation, administration, finance et en sociopolitique. Très habile en communication, poursuit le journal, le nouveau secrétaire général de l’UDPS s’est révélé un grand animateur. Son combat l’aurait conduit plusieurs fois en prison. 
Selon Augustin Kabuya, porte-parole de l’UDPS, le nouveau secrétaire général du parti d’opposition est sorti de prison, pour la dernière fois, le 13 janvier 2015. 

Forum des As aussi s’intéresse à ce changement au sein de l’UDPS. Ce journal donne plutôt la parole au secrétaire général démis.
Selon le journal, Bruno Mavungu s’en est pris à Félix Tshisekedi après l’annonce de son limogeage. L’ancien secrétaire général aurait traité le fils d’Etienne Tshisekedi de « corrompu ». 
Forum des As relate que certains militants réunis à la 10e rue Limete où se trouve le siège de l’UDPS n’ont pas approuvé la décision nommant le nouveau secrétaire général du parti. Devant eux, Bruno Mavungu s’en est pris à Félix Tshisekedi et à « ses amis » qui « profitent de l’UDPS pour remplir leurs poches, tout en tuant le parti à petit feu », écrit le journal. 
« On m’empêche de rencontrer le président national. Et, si j’arrivais à lui parler, je ne pourrai que le faire en présence des fossoyeurs de notre parti. De quoi ont-ils peur ? », s’est interrogé Bruno Mavungu, cité par le quotidien. 

Parlant du limogeage de Bruno Mavungu, L’Avenir évoque un « hold up ». Le journal indique que l’ancien secrétaire général de l’UDPS « a été chassé du parti comme un malfrat ». 
« En réalité, le départ de Bruno Mavungu de l’UDPS est un arbre qui cache la forêt. En ce sens que l’UDPS a été bel et bien vendue au richissime Haut Katangais, Moïse Katumbi Chapwe », commente le quotidien kinois. 
Selon L’Avenir, le nouveau secrétaire général de l’UDPS est un proche de Moïse Katumbi. 

« Faire barrage à tous les blocages » 
Les journaux parus à Kinshasa consacrent également leurs colonnes à la dernière déclaration du G7 sur les élections. «L’heure est à l’action pour faire barrage à tous les blocages. Mobilisons toutes nos énergies afin de libérer la démocratie et le processus électoral », a déclaré Charles Mwando Nsimba, président en exercice de cette plateforme dont les leaders ont quitté la majorité l’année passée. 

 Pour le G7, écrit Forum des As, la réalité de l’enrôlement des électeurs en cours au Nord-Ubangi et les affirmations des responsables de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), certifient que cette opération porte sur l’établissement d’un nouveau fichier électoral qui s’étalera jusqu’en juin 2017. La coalition de l’opposition redoute le glissement du délai d’organisation de l’élection présidentielle au-delà du prescrit de la Constitution, note le journal. 

La Prospérité relaie la « mise en garde » du G7 à la CENI. 
Pour le G7, le président de la CENI, Corneille Nangaa, relaie et appuie la position du président Kabila qui a subordonné la publication du calendrier électoral à la fin des opérations d’enrôlement. 
Le président en exercice du G7, Charles Mwando Nsimba, cité par le journal, accuse également le chef de l’Etat de n’avoir pas veillé, en complicité avec la CENI, à la tenue de l’élection présidentielle dans le délai constitutionnel.

Lire aussi :

RDC: Jean Marc Kabund-a-Kabund nommé secrétaire général de l’UDPS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire