MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

jeudi 1 septembre 2016

Forum des As : «Jean-Michel Dumond invite l’opposition à participer au dialogue»

Radio Okapi 
01/09/2016

Revue de presse du 1er septembre 2016.

Le facilitateur de l'Union Africaine pour le dialogue politique en République Démocratique du Congo, 
Edem Kodjo lors d’une interview accorde à Radio Okapi à Kinshasa, le 26/07/2016.
Radio Okapi/Photo John Bompengo  

Les journaux parus ce matin dans la capitale congolaise reviennent sur l’ouverture des travaux du dialogue national. 

Forum des As titre à la une: «Jean-Michel Dumond invite l’opposition à participer au dialogue». Le quotidien rapporte l’appel du chef de la Délégation de l’Union européenne en RDC: «N’attendez toujours pas que l’extérieur vienne régler vos problèmes », a dit le diplomate arrivé au terme de sa mission en RDC. 
Jean-Michel Dumond, constate le tabloïd, s’est voulu conciliant et s’est attelé à sensibiliser toutes les parties pour qu’elles lèvent les obstacles qui les empêchent d’aller au dialogue et de résoudre pacifiquement leurs différends. 
Convaincu que les Congolais sont un peuple souverain et peuvent résoudre eux-mêmes leurs propres problèmes après 56 ans d’indépendance du pays, le diplomate européen lève le ton et appelle les Congolais à prendre leurs responsabilités. 

Le Phare revient sur le dialogue.
«Edem Kodjo lance le dialogue par défi», titre le journal. Le quotidien estime que le facilitateur du dialogue vient de franchir le rubicon, en décidant unilatéralement et par défi le démarrage des travaux de ce forum que la majorité des Congolais et des puissances étrangères concernées par la Résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations unies avaient voulu inclusif et représentatif. 
D’aucuns, indique le journal, reprochent à l’ancien Premier ministre togolais d’avoir ignoré les préalables de l’opposition congolaise regroupée autour de ceux qui avaient répondu à l’appel de Genval (Bruxelles). 
Le tabloïd signale que des voix se sont élevées à travers le monde pour dénoncer ce raccourci maladroit pris par le facilitateur et qui vient d’aggraver la crise dans laquelle la RDC est plongée depuis des lustres par ceux qui semblent prendre le pays en otage, violant délibérément la constitution en vigueur. 
Parmi ces voix, rapporte Le Phare, il faut noter celle du nonce apostolique de la RDC qui n’y est pas allé avec le dos de la cuillère au retour de sa mission dans le Nord-Kivu, en compagnie du représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, particulièrement à Beni et Butembo, deux villes où les habitants sont régulièrement l’objet des massacres répétitifs. 
Mgr Montemayor a déclaré que lorsque les signaux avant-coureurs du blocage étaient déjà visibles à l’œil nu, l’Eglise catholique avait été la première confession religieuse à sonner le signal d’alarme, en demandant au facilitateur de prendre du temps pour obtenir le retour à la table des négociations des représentants des forces sociales et politiques regroupées au sein du Rassemblement dirigé par Etienne Tshisekedi. 

La Prospérité change de chapitre et revient sur la crise politique qui couve à l’Union de la nation congolaise (UNC) à la suite de la démission de son secrétaire général. 
«UNC, Kamerhe prend acte de la démission de Jean-Bertrand Ewanga», titre le quotidien. 
La démission du député élu d’Ikela (Ex-Equateur), mardi 30 août dernier, a fait grand bruit dans la capitale congolaise, souligne La Prospérité. Il l’a fait à travers une lettre adressée à Vital Kamerhe, président de l’Union pour la nation congolaise qui, avec délicatesse, prend acte de la dite démission. 
Le quotidien a même repris la lettre scannée du président de l’UNC: 
«Je prends acte de votre démission en qualité de secrétaire général de notre parti. Je vous réitère toutes ma sympathie pour tous les moments forts partagés ensemble et vous souhaite bon vents sur le chemin qui est le vôtre». 
Dans le même numéro, La Prospérité parle de Lambert Mende qui dément les révélations de Jean-Bertrand Ewanga sur les travaux du comité préparatoire du dialogue. 
Le porte-parole du gouvernement, participant au comité préparatoire, rejette les propos de l’ancien secrétaire général de l’UNC qui accuse la Majorité présidentielle de lui avoir proposé un poste juteux de vice-Premier ministre au gouvernement à venir. 
Lambert Mende qualifie les propos d’Ewanga de mensonger, rapporte le tabloïd. 
Le porte-parole du gouvernement indique également que le seul objectif du comité préparatoire était d’élaborer la feuille de route, la liste de matières à soumettre à la plénière du dialogue proprement dit et souligne que sa famille politique n’a rien proposé à quelqu’un et estime que Jean-Bertrand Ewanga ne veut que monter des enchères. 

Dans sa livraison, Africa News s’intéresse à l’ex-gouverneur du Katanga qui, selon le journal, livrera un discours, le 7 septembre prochain devant le Parlement européen, sur l’alternance en RDC. 
Le trihebdomadaire indique que Katumbi, désigné pour entretenir l’assistance sur «la nature des rapports entre les oppositions congolaises et la majorité présidentielle», va intervenir dans le cadre du panel 2 consacré à «la démocratie et l’alternance politique dans le pays d’Afrique subsaharienne» à la faveur de la Semaine de l’Afrique organisée par le Groupe de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates au Parlement européen. 
Ce forum met en exergue la Société civile africaine en émergence, poursuit le journal. 
Cette tribune, rapporte Africa News, donne aux participants issus de tous bords politiques l’occasion d’écouter de la bouche des opposants africains eux-mêmes, les opportunités et les difficultés liées à leur engagement politique, considéré comme la base courageuse de l’action démocratique. Outre Moise Katumbi, le vice-président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme -FIDH- le Congolais Paul Nsapu, le maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, le président de la Confédération européenne des syndicats et président du Comité des droits humains et syndicaux de la Confédération internationale des syndicats Rudy De Leeuw, souligne le tabloïd.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire