************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

lundi 24 octobre 2016

Le Potentiel: « Luanda au chevet de la RDC: un sommet sans grand enjeu »

Radio Okapi 
24/10/2016

Les quotidiens et journaux de la presse kinoise. 

Alors qu’il s’ouvre dans 48 heures, le sommet de Luanda qui sera essentiellement consacré sur la crise politique en RDC suscite déjà les commentaires des journaux parus lundi 24 octobre à Kinshasa.  

Ce sommet qui s’ouvre mercredi 26 octobre à Luanda, à l’initiative de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) va, comme bien d’autres auparavant, accoucher d’une souris, prédit Le Potentiel. 
Pour s’en convaincre, le confrère fait remarquer que l’actuel président en exercice de la CIRGL, l’angolais José Eduardo dos Santos, trône au pouvoir depuis 1979.
A ses côtés, poursuit le quotidien, les autres chefs d’Etat africains annoncés à Luanda affichent le même profil. «On voit très mal comment ces derniers pourraient convaincre le président Kabila de quitter le pouvoir après 15 ans de règne», analyse le quotidien. 
De l’avis du journal, il ne faut donc pas s’attendre à un miracle à Luanda, car estime le tabloïd, la partie a été jouée à l’avance. Les chefs de l’Etat conviés à ce sommet n’auront qu’un seul souci : protéger Kabila pour lui assurer une transition en douceur, croit savoir le journal. 

Même son de cloche du côté de La Prospérité qui analyse, dans sa livraison de lundi 24 octobre, les enjeux de cette rencontre sous-régionale. 
A en croire le quotidien, les participants à ce sommet auront à faire le choix entre l’Accord conclu le 18 octobre dernier à la Cité de l’Union Africaine et l’appel à la tenue d’un nouveau round de discussions inter-congolaises pour un large consensus tel que lancé par le « Rassemblement » de l’opposition, la CENCO, le Représentant de Ban Ki-moon en RDC, Didier Reynders ou Jean-Marc Ayrault. 
Cependant le journal ne se fait pas trop d’illusion. 
«Lorsque l’on analyse les propos de la délégation conjointe SADC –CIRGL, qui a séjourné en début du mois d’octobre, il n’y a pas beaucoup d’illusions à se faire, les Chefs d’Etat africains s’engageront à appuyer l’Accord de la Cité de l’Union Africaine qui reporte les élections en avril 2018», écrit le quotidien dans ses colonnes. 

Au sujet de cet accord, conclu à la cité de l’Union Africaine qui octroie la primature à l’opposition, Forum des As renseigne que trois noms ont déjà été déposés sur la table de Joseph Kabila. 
Il s’agit de Vital Kamerhe, de Florentin Mokonda Bonza et de Jean Lucien Busa. 
Mais alors, qui remplacera Augustin Matata Ponyo à la très convoitée chaise de la symbolique ex-avenue des 3Z, s’interroge le quotidien pour qui la réponse reste « un mystère ! ». 
Cependant, relève le tabloïd, parmi les trois candidats, Vital Kamerhe et Florentin Mokonda Bonza sont cités comme favoris pour succéder à l’homme à la célèbre et inséparable cravate rouge à la Primature. 

Le Phare revient sur l’accord politique conclu à la cité de l’Union africaine et décèle, sur base des réactions qu’il a suscitées, « Les signaux du chaos ».
Reprenant trois faits qui ont marqué la vie sociale et politique après la signature de cet accord, le journal conclut à « un avenir sombre pour la RDC »
Le premier signal négatif, relève le quotidien, est le manque « d’inclusivité » du dialogue politique suite au boycott des forces politiques de l’opposition qui « pèsent le plus au sein de l’opinion nationale ». 
Le deuxième signal négatif, poursuit le quotidien, est le rejet des conclusions de ce forum par les masses populaires. Le quotidien en veut pour preuve l’adhésion totale des Congolais à la journée ville morte décrétée mercredi dernier par l’opposition hostile au dialogue. Un geste qui marque « une rupture totale entre le peuple et les signataires de l’accord de la cite de l’UA ». 
Le troisième signal négatif vient de l’Union européenne qui a menacé de sanctionner des hommes de pouvoir à Kinshasa et de suspendre la coopération structurelle avec la RDC. Pour le tabloïd, l’avenir de la RDC est fort sombre. 

Dans un tout autre registre, L’Avenir revient sur le rapport de l’ONU publié vendredi dernier sur les émeutes des 19 et 20 septembre dernier et note une guerre des chiffres entre le gouvernement congolais et le bureau conjoint aux droits de l’homme sur le bilan de cette manifestation. 
Selon ce rapport de l’ONU, rapporte le quotidien, le BCNUDH a documenté 422 victimes de violations des droits de l’homme et au moins 53 décès à la suite de ces manifestations. 
Un bilan qui selon le journal contredit les conclusions de l’enquête faite par le gouvernement, laquelle faisait état de 32 morts. 
De l’avis du quotidien, l’ONU voudrait à travers ce rapport amener la RDC à se comporter comme le Burundi qui a enclenché récemment le processus de son retrait de la CPI.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire