************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

jeudi 24 novembre 2016

RDC: «Une transmission pacifique du pouvoir à l’issue du mandat de Kabila est possible» (ONU)

Radio Okapi 
24/11/2016

Des membres du conseil de sécurité des Nations unies 
lors d’une audience avec le Président Joseph Kabila à Kinshasa, le 12/11/2016. 
Radio Okapi/Ph. Joh Bompengo 

Intervenant mercredi 23 novembre à New York devant le Conseil de sécurité, l'ambassadeur de France à l’ONU, François Delattre, a évoqué la possibilité d’«une transmission pacifique du pouvoir à l’issue du mandat de Kabila» en RDC. M. Delattre présentait le rapport de la mission du Conseil de sécurité qu’il a dirigée dans ce pays du 11 au 14 novembre dernier. 

«La RDC est à un moment charnière: pour la première fois, une transmission pacifique du pouvoir à l’issue du mandat du président est possible. C’est en soit un motif d’espoir. Mais sa réalisation nécessite que toutes les forces politiques du pays parviennent à s’unir pour répondre aux souhaits du peuple congolais», a déclaré FrancoisDelattre. 

Pour lui, le dialogue entre les fils et filles de le RDC reste la voie privilégiée pour surmonter les différents qui subsistent.

«Deuxième message que nous avons porté: la tenue d’élections libres, justes, crédibles, ouvertes, transparentes, pacifiques et dans le délai le plus court possible, conforme à la constitution, est attendue par tous», a-t-il poursuivi. 

Le diplomate français a par ailleurs appelé l’ensemble des forces politiques à «s’assurer que le pays reste sur la voie de la paix et du renforcement de ses institutions démocratiques.» 

Face à ce message, porté de manière très unie par l’ensemble de membres du Conseil de Sécurité, a-t-il indiqué, tous les interlocuteurs du Conseil ont fait part de leur souhait d’éviter un nouvel épisode de violences après les évènements tragiques du 19 et 20 septembre 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire