MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 21 novembre 2014

Retour aux sources Little Miss Nobody (Stanleyvilleà

Ce soir, vendredi 21 novembre 2014, sur LA UNE (RTBF) à 22 h 25


Cette semaine dans son émission Retour aux sources, Elodie de Sélys nous replonge en 1964 au Congo. 

50 ans après les faits, presque jour pour jour, ce documentaire revient sur un événement marquant de l'histoire belgo-congolaise : l'opération des paras belges à Stanleyville suite à une gigantesque prise d'otages. 

Le réalisateur Bernard Balteau nous raconte cette histoire au travers du récit de Brigitte, une rescapée belge des évènements. Enfant à l'époque des faits, elle avait été baptisée par un photographe de presse « Little miss nobody ». Un documentaire inédit coproduit par la RTBF. 


Le 24 novembre 1964, 546 para-commandos belges sont largués sur Stanleyville (aujourd'hui Kisangani) au Congo, pour libérer plusieurs centaines d'Européens, belges pour la plupart, retenus en otages par la rébellion Simba. Mais une trentaine d'hommes, femmes et enfants sont massacrés par les rebelles. C'est la plus grande prise d'otages de l'après-guerre. 

Ce jour-là, Brigitte Peneff, 7 ans, échappe miraculeusement à la mort. Pas son oncle, Marco, tué à côté d'elle. Avant d'être évacuée, un journaliste la prend en photo. Encore en état de choc, elle est incapable d'articuler son nom. Le reporter l'appelle " Little miss Nobody " et la photo fera le tour du monde. 

50 ans après ces événements, Brigitte revient pour la première fois au Congo, dans sa ville natale. Elle retrouve, émue, les lieux de son enfance fracassée. Sa maison familiale et l'hôtel des Chutes - où elle fut séquestrée plusieurs semaines avec sa famille et beaucoup d'autres Belges. Elle parcourt l'avenue Ketele, un petit bouquet à la main, pour rendre hommage aux victimes belges et congolaises. Elle retrouve aussi des Congolais qui ont vécu ces événements.

Voici le lien de la video qui nous montre quelques détails du reportage


Pour ceux qui n'auront pas pu suivre l'émission de ce soir, j'essaierai de trouver l'émission en video complète d'ici un jour deux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire