************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

vendredi 30 janvier 2015

La Monusco salue le lancement officiel des opérations militaires contre les FDLR en RDC

Congo Independant
30/01/2015

Martin Köbler,
patron de la mission onusienne au Congo
(Monusco)
Le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en RDC, Martin Köbler, salue l’annonce du lancement officiel des opérations militaires contre les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). 
« Je salue l’annonce du lancement des opérations militaires contre les FDLR par le gouvernement congolais. La Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) soutient pleinement les FARDC, tant sur le plan opérationnel que logistique », a déclaré Martin Kobler, dans un communiqué de presse parvenu jeudi à l’ACP. 
Le gouvernement et les Etats de la région avaient fixé au 2 janvier l’échéance pour le désarmement volontaire des FDLR, faute de quoi ces éléments seraient neutralisés par la force. Le gouvernement congolais ainsi que la communauté internationale ont jugé que le processus de désarmement volontaire des FDLR a échoué, a indiqué Martin Köbler. 
« Seuls les combattants seront visés dans ces opérations. Nous ne ménagerons aucun effort pour protéger les populations civiles», a affirmé le chef de la Monusco. 
Le chef d’état-major des FARDC, le général d’armée Etumba, a annoncé ce même jeudi à Beni le lancement des opérations contre les FDLR au cours d’une conférence de presse en présence du commandant de la Force de la Monusco, le général Dos Santos Cruz. 

Les FDLR, essentiellement composées de combattants hutus rwandais, sont installées dans l’Est de la RDC depuis le génocide de 1994. Ces rebelles rwandais opèrent, depuis leur arrivée en RDC, dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu où ils commettent plusieurs exactions sur les populations civiles. 

Au terme de l’ultimatum qui a expiré le 2 janvier 2015 pour leur désarmement volontaire, seuls 26% de ces combattants ont respecté ce délai. Les autres, qui ont refusé de déposer les armes, sont évalués à près de 1 400 combattants. (ACP)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire