MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

jeudi 12 février 2015

Équateur : la carence des ARV risque d’augmenter la contamination du Sida à Zongo

Radio Okapi 
12/02/2015

Enfants victimes du VIH/Sida
Le manque des médicaments antirétroviraux (ARV) dans la zone de santé de Zongo (Equateur) inquiète les autorités de cette ville de l’extrême nord-ouest de l’Équateur. Dans une déclaration faite jeudi 12 février à Radio Okapi, elles indiquent que cette situation risque d’augmenter la vulnérabilité des malades du Sida, estimés à environ deux cents personnes. 

A en croire le médecin chef de zone, Paulin Lisimo, la rupture de stock des antirétroviraux date de plusieurs mois à Zongo. Si ces personnes ne sont pas sous ARV, il y a aussi risque d’augmenter la possibilité de contamination de la population au Sida, ajoutent les mêmes sources. 

Avec l’afflux des réfugiés centrafricains, des retournés congolais et des éléments FARDC déployés dans la zone, la population a augmenté dans la zone de santé de Zongo. Des personnes atteintes du Sida sont aussi comptées parmi ces réfugiés et retournés, s’inquiète-t-il.

Grâce à des approvisionnements sporadiques, par la sous-coordination du PNMLS/Gemena, ils arrivaient à assurer un traitement aux malades enregistrés dans la ville, précisément les 96 patients parmi la population autochtone et 95 parmi les réfugiés centrafricains hébergés dans le camp de Mole. 

Même l’ONG ADES, partenaire sanitaire du HCR qui venait en aide, est en rupture de stock, s’inquiète Paulin Lisimo qui signale que depuis décembre dernier, c’est la carence totale de ces molécules dans la ville. 

Il est également difficile de connaitre la prévalence actuelle du VIH à Zongo, étant donné que les intrants de dépistage manquent, même pour les femmes enceintes, ajoute le Dr Lisimo. 

Pour le maire de la ville, Michel Siazo, cette situation est plus alarmante, faute des ARV. Sa ville compte 125 000 habitants. Ils cohabitent avec de nombreux retournés congolais, dont on ne connait pas la sérologie, 6 000 réfugiés centrafricains disséminés en ville et plus de 16 000 autres dans le camp Mole, situé à 30 kilomètres de Zongo. 

Des sources médicales révèlent une prévalence de 16% du VIH à Bangui, la capitale de la RCA, en face de Zongo. 

Cette situation inquiète davantage les autorités administratives et sanitaires de Zongo qui ont lancé un SOS aux autorités nationales et à la communauté internationale afin d’envoyer rapidement des ARV dans cette ville.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire