MERCI A MACINTOSH MARKENZ DE KIN DE BIEN VOULOIR PRENDRE CONTACT AVEC LA WEBMASTER DU BLOG LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE ************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 10 février 2015

RDC: Christopher Ngoyi présenté au ministre de l’Intérieur

Radio Okapi 
10/02/2015

Christopher Ngoyi,
activiste de droits de l’homme le 10/02/2015
au ministère de l’Intérieur à Kinshasa lors
de sa présentation à la presse par la police judiciaire.
Radio Okapi/Ph. John Bompengo
Le militant des droits de l’homme Christopher Ngoyi, arrêté le 21 janvier pendant les manifestations contre la loi électorale à Kinshasa, a été présenté mardi 10 février au ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Evariste Boshab. 
La police judicaire qui l’a présenté l’accuse d’être auteur ou co-auteur des troubles enregistrés pendant les manifestations contre la loi électorale. Elle a annoncé le transfert de Christopher Ngoyi au Parquet général. 

Il est poursuivi pour dix chefs d’accusation:


  • Incendie volontaire 
  • Destruction méchante 
  • Propagation de faux bruits 
  • Propagande subversive 
  • Incitation à la désobéissance civile 
  • Incitation à la violence 
  • Incitation à la haine raciale 
  • Incitation des militaires à commettre des actes contraires au devoir ou à la discipline 
  • Association de malfaiteurs 
  • Attentat et complot tendant à porter le massacre, la dévastation ou le pillage 
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat 

Les manifestations organisées par l’opposition contre la loi électorale avaient dégénéré en émeutes en janvier dernier. Elles ont fait 27 morts, selon le gouvernement. Mais certaines organisations des droits de l’homme font état d’un bilan plus élevé. La Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) parle de 42 morts. 


Après ces manifestations, des organisations des droits de l’homme avaient dénoncé « l’enlèvement » de Christopher Ngoyi par des militaires alors que le défenseur des droits de l’homme partageait un verre avec ses amis dans une terrasse. 


Présents lors la présentation de leur collègue au ministre de l’Intérieur, les activistes des droits de l’homme se disent contents de l’avoir vu en bonne santé et attendent que Christopher Ngoyi présente ses moyens de défense devant le juge. 

Pour sa part, Evariste Boshab a affirmé qu’il appartiendrait à la justice de départager « en toute indépendance » l’enquêteur et le militant de droits de l’homme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire