************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 18 février 2015

RDC: des investisseurs étrangers disposés à exploiter le secteur minier

Radio Okapi 
17/02/2015

Des enfants dans une carrière minière
au nord du Katanga.
Ph. François X. Mybe 
Des investisseurs étrangers se disent favorables à exploiter le secteur minier en République démocratique du Congo (RDC), ont-ils fait savoir à l’issue de la conférence Indaba (Investing in African mining Indaba) qui a eu lieu du 8 au 13 février en Afrique du Sud. Au cours de cette rencontre internationale annuelle de l’investissement minier en Afrique, ils ont dit qu’ils n’attendent que le nouveau code minier révisé. 

Présent à cette cérémonie, le ministre congolais des Mines a indiqué que ce secteur n’est exploité qu’à 18% jusque là. 

Selon lui, la RDC présente beaucoup d’opportunités dans le secteur minier. 

Le coordonnateur de la cellule technique de coordination et de planification minière, Donat Kampata, qui revient de ce forum a de son côté déclaré que le gouvernement accélère déjà le toilettage de la loi sur le code minier avant son adoption et sa promulgation.

« Le code minier n’est pas un texte proposé par le ministère des Mines, mais par la société civile, les opérateurs miniers et les membres du gouvernement. Il date d’il y a 11 ans. Il est nécessaire que ce code soit modifié pour faciliter les investisseurs », a-t-il ajouté. 

Donat Kampata a fait savoir que les « les investisseurs sont intéressés par cette loi ». 

« L’essentiel ici c’est l’exploitation artisanale mais industrielle parce que l’Etat ne gagne pas dans l’exploitation artisanale », a-t-il poursuivi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire