************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

jeudi 19 mars 2015

Beaucoup d’analystes se trompent sur la situation actuelle en RDC

Par Pio Kabengele

Desc Wondo 
19/03/2015

Ces derniers temps, en parcourant les analyses émises ici et là sur la situation politique de la RDC, je constate qu’il y a à boire et à manger. En effet, beaucoup d’ analyses politiques sur la RDC sont brouillées, car manipulées. Nous proposons ici quelques repères, non exhaustifs, qui permettent de mieux appréhender le contexte politique congolais actuel, qui est plus complexe qu’il n’y paraît, comparativement certaines analyses simplistes et réductionnistes effectuées ces derniers (avec les arrestations, répression, querelle avec les institutions internationales, les diplomates, discours totalitaristes du porte-parole). 

Il y a de constantes arrières pensées. 
  1. Il y a des non dits. La révision constitutionnelle n’ a pas été enterrée. A la rentrée parlementaire du 16 mars, Minaku a parlé des échéances » électorales et référendaires ». Oui « référendaires ». L’ initiative de la révision est autorisée au chef de l’ Etat ou au gouvernement ou au parlement ou à une pétition d’ au moins 100.000 signatures. 
  2. Le cas Kabila n’ est pas lié uniquement à sa personne. Il y a au moins quatre déviations graves: – la présidentialisation du régime, alors que la constitution confie au premier ministre la conduite de la politique du gouvernement. – le népotisme et le clientélisme avec la nomination aux postes de commandes des gens de son terroir ou autres. – le pouvoir exercé par des membres de la famille. – l’ autorité morale de la majorité qui est, en réalité, une vraie direction politique qui est interdite par la Constitution.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire