************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mercredi 25 mars 2015

RDC: désormais libre, le militant Serge Sivya raconte sa détention

RFI 
25/03/2015

Police congolaise à Kinshasa. AFP/Papy Mulongo 

En République démocratique du Congo, le jeune activiste du mouvement pro-démocratie Lucha, dont les proches étaient sans nouvelles depuis samedi soir, a finalement été libéré mardi 24 mars. 
RFI a pu le joindre peu de temps après. Il raconte avoir été brutalement enlevé à quelques rues de chez lui puis conduit dans une maison, à environ 30 minutes de route. 
Après deux journées sans voir personne, il dit avoir subi deux interrogatoires dont l'un a duré plus de deux heures, destinés selon lui à lui soutirer des informations sur son mouvement mais aussi à l'intimider. 

Il est environ 19h30, samedi 21 mars. Serge Syvia marche seul à quelques rues de chez lui lorsqu'il dit avoir vu une petite voiture sombre s'arrêter pour lui barrer la route : 
« J'ai vu trois personnes qui sont sorties. Le premier [individu] m'a tenu par la bouche. L'autre m'a pris par les jambes. On m'a fait entrer dans une voiture ». 
Il fait nuit, et ses ravisseurs ont placé un sac sur sa tête. Le trajet dure environ 30 minutes. A l'arrivée, Serge Sivya dit avoir été enfermé dans une chambre, sans explications : 
« Ils n'ont rien dit. J'avais très peur. Je me suis dit que c'était la fin de ma vie. » 
Lundi, poursuit le militant, on lui apporte finalement de l'eau sucrée avec du pain.
S'ensuit selon lui un premier interrogatoire, puis un second mardi durant deux heures. 
Serge Syvia dit avoir été questionné sur les activités du mouvement Lucha et ses liens avec d'autres mouvements d'activistes africains. 
Quelques heures plus tard, Serge Syvia est libéré, profondément choqué.

Lire et écouter la suite sur RFI

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire