************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

samedi 28 mars 2015

RDC : le Conseil de sécurité réduit les effectifs de la MONUSCO

http://www.un.org/ 
26/03/2015

Des Casques bleus à Kisangani, en République démocratique du Congo (RDC). 
Photo MONUSCO/Abel Kavanagh 

26 mars 2015 – Le Conseil de sécurité de l'ONU a prorogé jeudi jusqu'au 31 mars 2016 le mandat de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) et de sa Brigade d'intervention, tout réduisant ses effectifs de 2.000 soldats. 

Dans cette résolution adoptée à l'unanimité, le Conseil de sécurité a fait part de son intention de rendre cette réduction d'effectifs « permanente » une fois que des progrès considérables auront été enregistrés concernant les priorités du mandat de la Mission, notamment en matière de lutte contre les rebelles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). 

Le Conseil de sécurité rappelle qu'il condamne fermement tous les groupes armés opérant dans la région et les violations du droit international humanitaire et d'autres normes applicables du droit international, ainsi que les atteintes aux droits de l'homme qu'ils commettent. Il exige que les FDLR, les Forces démocratiques alliées (ADF), l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) et tous les autres groupes armés mettent immédiatement fin à toutes les formes de violence et autres activités déstabilisatrices.

En prenant note de l'engagement du Gouvernement de la RDC à mener des opérations militaires contre les FDLR, le Conseil de sécurité encourage vivement la coopération, dans le cadre de ces opérations, entre le Gouvernement et la MONUSCO, qui a été chargée de faire tout son possible pour neutraliser les FDLR. 

Le Conseil exhorte en outre le Gouvernement de la RDC à arrêter et à amener à répondre de leurs actes les auteurs de violations du droit international humanitaire ou de violations des droits de l'homme ou d'atteintes à ces droits. 

S'agissant d'un retrait de la MONUSCO dans le futur, le texte souligne qu'il devra s'opérer par étapes et de manière progressive, au fur et à mesure que seront atteints des objectifs spécifiques qu'il appartient au Gouvernement et à la MONUSCO d'arrêter conjointement, en concertation avec l'équipe de pays des Nations Unies et d'autres parties prenantes. 

Le Conseil note qu'il faut « définir clairement la stratégie de retrait de la Brigade d'intervention », notamment en s'employant sans relâche à lutter contre la menace que constituent les groupes armés et en mettant en œuvre une réforme du secteur de la sécurité qui soit viable et qui prévoit éventuellement la mise en place d'une force de réaction rapide congolaise. 

Dans le texte adopté, le Conseil formule plusieurs demandes au gouvernement de la RDC, notamment pour qu'il veille à la transparence et à la crédibilité du processus électoral. À cet égard, le Conseil autorise la MONUSCO, sous certaines conditions, à fournir un soutien logistique pour faciliter la tenue des élections. 

News Tracker: autres dépêches sur la question 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire