************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

jeudi 19 mars 2015

"Y'en a marre", le Balai Citoyen, Filimbi ... Qui sont-ils ?

"Y'en a marre" est un groupe de contestation pacifique sénégalais créé en 2011 par un collectif constitué de rappeurs et de journalistes.

Le collectif a été créé par les rappeurs Keur Gui, et les journalistes Cheikh Fadel Barro et Aliou Sané 1. Né à la suite de coupures d'électricité dues selon lui à la « gestion gabegique » de l'État, son but est d'inciter les Sénégalais à voter, à renouveler le personnel politique, à lutter contre la corruption et promouvoir le civisme. (Wikipedia)

Voici quelques articles de presse à leur sujet :
Sénégal : le collectif «Y'en a marre» se positionne en vigie de la démocratie
Keur-Gui, entre musique et politique
RDC : ce que Kinshasa reproche à "Y'en a marre", "Balai citoyen" et "Filimbi"





Le "Balai Le Citoyen" est un mouvement de la base politique au Burkina Faso , qui faisait partie de l'opposition contre le président Blaise Compaoré .

Il a été co-fondée par deux musiciens, reggae artiste Sams'K Le Jah et le rappeur Serge Bambara ("Smockey") à l'été 2013.
Ils ont organisés, début  2014, plusieurs manifestations en collaboration avec le Mouvement nouvellement formé à cette époque "Movement of People for Progress" (Wikipedia)

Politique burkinabè: jusqu’où ira le Balai citoyen?

Burkina Faso : Serge Bambara, la voix de la révolution



LANCEMENT DU MOUVEMENT «FILIMBI» Kabila fait arrêter Sénégalais et Burkinabè

http://www.walf-groupe.com
18/03/2015

Les autorités de la République démocratique du Congo (Rdc) ont mis, hier, aux arrêts de jeunes activistes sénégalais du mouvement «Y’en à marre» et du «Balai Citoyen» du Burkina Faso. Ils s’étaient rendus à Kinshasa pour participer au lancement d’un mouvement hostile au Président Joseph Kabila. 

Le séjour de jeunes sénégalais et burkinabè à Kinshasa n’a pas plu à Joseph Kabila, l’actuel homme fort de la République démocratique du Congo (Rdc). 

Partis pour assister au lancement du Mouvement «Filimbi», qui signifie «siffler», Fadel Barro, Aliou Sané, Sbiri Ouadraogo Miyangu Kiakwama, Floribert Anzuluni, Ben Kelem, Franck Otete, Sylvain Paluseke et Oscibi Johann ont été arrêtés, hier dimanche, par des forces de l’ordre, au moment d’une conférence de presse de la société civile, selon des médias congolais. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire